Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

Asie - pacifique

La Corée du Nord désigne sa première cible au Sud

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/03/2013

Kim Jong-un, le leader nord-coréen, a annoncé que l'île de Baengnyeong, qui compte quelque 5 000 habitants et abrite plusieurs unités militaires, sera la première cible visée par l'armée en cas de conflit avec la Corée du Sud.

Le dirigeant de Corée du Nord Kim Jong-un a désigné la petite île sud-coréenne de Baengnyeong, proche de la frontière maritime entre le Sud et le Nord en mer Jaune, comme première cible en cas de conflit avec Séoul, a rapporté mardi la presse officielle nord-coréenne. Cette petite île qui compte 5 000 habitants abrite également de nombreuses unités militaires.

"Kim Jong-un s’est rendu à la frontière contestée entre le nord et le sud [Pyongyang conteste la ligne de démarcation maritime entre les deux Corées, tracée par l'ONU après la guerre de Corée (1950-1953), ndlr]. Il mène aujourd’hui une nouvelle provocation dans cette zone où plusieurs îles sont revendiquées par la Corée du Nord", explique Sébastien Falletti, le correspondant de FRANCE 24 à Séoul.

"Guerre thermonucléaire"

Pyongyang a également ouvertement menacé les États-Unis alors que Séoul et Washington ont entamé lundi des manœuvres militaires conjointes. La Corée du Nord a brandi le spectre d'une "guerre thermonucléaire", et averti les États-Unis qu'ils s'exposaient à une "frappe nucléaire préventive".

"Le monde verra (…) comment notre armée et notre peuple font voler en éclats les sanctions collectives manigancées par les États-Unis et l’agitation guerrière, et défendent leur dignité, et leur statut de puissance nucléaire lanceuse de satellites. Ce ne sont pas de vaines paroles", a prévenu un quotidien nord-coréen cité par l'hebdomadaire "Courrier international".

Mais au-delà de la rhétorique guerrière, Pyongyang peut-il mettre ses menaces à exécution ? "Kim Jong-un fait monter la pression, au moins dans le discours, et menace les États-Unis de conséquences catastrophiques. Mais s’il passe à l’action, il y aura une réplique directe de Washington. Une réplique qui serait catastrophique pour la Corée du Nord, les États-Unis ayant une technologie supérieure incontestable", explique encore le correspondant de FRANCE 24.

"Briser le dos de vos ennemis"

À l’origine de ce contentieux explosif, le tir réussi en décembre d'une fusée considérée par Séoul et ses alliés comme un missile balistique, suivi d'un troisième essai nucléaire en février, puis de nouvelles sanctions votées vendredi 8 mars par le Conseil de sécurité de l'ONU.

En novembre 2010, Pyongyang avait déjà bombardé une 'île, celle de Yeonpyeong, proche également de la frontière maritime, causant la mort de quatre Sud-Coréens. "Une fois l'ordre donné, vous devrez briser le dos des ennemis déments, couper leur gorge et leur montrer ainsi clairement ce qu'est une véritable guerre", a déclaré Kim Jong-un, selon des propos rapportés par l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Un responsable de l'île visée, Kim Young-Gu, a indiqué que les abris pour les civils étaient prêts à accueillir la population et que tous les villages étaient en alerte. "Il n'y a pas vraiment un exode massif d'une population paniquée vers le continent, mais pour être tout à fait franc, on a un peu peur", a-t-il déclaré à l'AFP.

Avec dépêches

 

Première publication : 12/03/2013

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    La Corée du Nord rompt le pacte de non-agression avec sa voisine du Sud

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE CORÉEN

    Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte de nouvelles sanctions contre Pyongyang

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Tollé international après le troisième essai nucléaire nord-coréen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)