Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : trois morts et une centaine de disparus

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

FRANCE

Faux électeurs à Paris : les époux Tiberi condamnés en appel

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/03/2013

L'ancien maire de la capitale a été condamné à 10 mois de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité dans l’affaire des faux électeurs de la mairie du Ve arrondissement de Paris. Sa femme écope de 9 mois avec sursis et de 5 000 euros d'amende.

Quatre ans après avoir comparu en première instance, les époux Tiberi ont été condamnés en appel, ce mardi, à des peines de prison avec sursis dans l'affaire des faux électeurs du Ve arrondissement de Paris.

Ces peines sont fidèles à celles qui avaient été prononcées en 2009 : 10 mois de prison avec sursis, une amende de 10 000 euros et 3 ans d'inéligibilité pour l’ex-maire de Paris ; 9 mois avec sursis et 5 000 euros d'amende pour son épouse Xavière. Cette dernière écope en plus de deux ans de privation de droit de vote.

Jean Tiberi, toujours maire du Ve arrondissement de la capitale, a été reconnu par la cour "principal bénéficiaire" d'un dispositif frauduleux d'inscriptions sur les listes électorales visant à lui assurer "une élection aisée de nature à favoriser ses ambitions politiques au niveau de la ville". Celle-ci a estimé que l'ancien lieutenant de Jacques Chirac qui fut maire de Paris de 1995 à 2001 a été le "donneur d'ordre" et que son épouse et sa première adjointe dans le Ve, Anne-Marie Affret, n'ont agi que "dans son seul intérêt".

Pourvoi en cassation

Mme Affret, 74 ans, a été condamnée à 8 mois de prison avec sursis et à 1 000 euros d'amende - une peine légèrement inférieure à celle prononcée en première instance - ainsi qu'à deux ans d'inéligibilité.

Après la lecture des condamnations, les avocats du couple Tiberi ont évoqué devant la presse la possibilité d'un pourvoi en cassation qui suspendrait l'exécution des peines de leurs clients, y compris l'inéligibilité. L'arrêt de la cour d'appel "n'est sans doute pas la dernière étape de la procédure", a déclaré Me Thierry Herzog, conseil de Jean Tiberi.

"L'arrêt fait 70 pages, nous allons l'étudier avec attention et la décision sera prise dans les cinq jours", a ajouté l'avocat de Xavière Tiberi, Me Lef Forster.

"Les pratiques odieuses de la droite parisienne"

Du côté des parties civiles, la conseillère de Paris Lyne Cohen-Solal (PS) s'est félicitée d'une décision "claire" qui "a désigné les coupables" tout en regrettant qu'elle intervienne "très tard". "Il a fallu attendre 16 ans pour savoir, en tout cas en partie, qui sont les responsables des fraudes", a-t-elle dit, soulignant qu'il a fallu "quatre ans pour avoir un appel".

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, a estimé dans un communiqué qu'"en condamnant sans ambiguïté celles et ceux qui ont de près ou de loin faussé les règles du jeu démocratique, la cour d'appel réaffirme avec force l'exigence de transparence qui doit présider à toute élection".

Le président du groupe communiste/Parti de gauche au Conseil de Paris, Ian Brossat, a quant à lui estimé que la culpabilité du maire en exercice du Ve arrondissement était reconnue pour la seconde fois. "Ce verdict nous rappelle les pratiques odieuses de la droite parisienne du temps où elle tenait les manettes de l’Hôtel de Ville, n’hésitant pas à truquer les scrutins et bafouer la démocratie."

Lors des municipales de 1995 et des législatives de 1997, des proches du couple Tiberi, des sympathisants du RPR et d'autres personnes ne résidant pas dans l'arrondissement avaient été incitées à s'inscrire sur les listes électorales de la circonscription en échange d'un emploi, d'un logement ou d'une place en crèche.

Avec dépêches

Première publication : 12/03/2013

Comments

COMMENTAIRE(S)