Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Economie

Google, Apple & Co. veulent habiller les consommateurs de la tête aux pieds

© Capture d'écran

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/11/2013

Chaussures, lunettes, montres et autres bracelets "connectés" : tels sont quelques-uns des projets sur lesquels les grands noms du secteur des nouvelles technologies travaillent pour imaginer de nouvelles sources de profits.

Il ne manquait plus que ça. Google a réussi son effet en présentant, lundi 11 mars, une paire de baskets capables de communiquer avec celui qui les porte. Ce prototype dévoilé lors du salon des univers connectés SXSW (pour South by Southwest) d’Austin n’a pas forcément vocation à trouver chaussure à son pied (ou l’inverse), mais plutôt de montrer à quel point la technologie peut se nicher partout.

Depuis quelques temps, en effet, les grands noms du secteur des nouvelles technologies cherchent à tout prix à habiller l’"homo-technologicus" de gadgets divers et variés. Google semble le plus à la pointe de ce mouvement. Ses lunettes intelligentes, les Google Glass, devraient même être disponibles à la vente dès 2014, pour 1 500 dollars (1153 euros). Elles doivent permettre de prendre des photos ou des vidéos et d'envoyer des messages.

Mais Apple semble aussi s’intéresser à cette nouvelle niche à la mode. La marque à la pomme a déposé plusieurs brevets de vêtements et d'accessoires communicants. Les rumeurs les plus précises indiquent qu'elle travaille activement à une montre intelligente qui fonctionnerait un peu comme un iPhone, mais sans la fonction téléphone...

Ces deux entreprises commencent, en fait, à définir ce que pourrait être le monde post-smartphone, la saturation du marché des téléphones intelligents pointant à l'horizon, notamment dans les pays dits industrialisés. Aux États-Unis par exemple, plus de 70 % des jeunes de 25 à 34 ans possèdent un iPhone ou un smartphone Android (de Google), selon l’institut de sondage américain Nielsen.

L’idée d’habits intelligents ou d'accessoires communiquants ne vient pas juste de voir le jour. Des entreprises y travaillent depuis plus d’une décennie. Mais, jusqu’à présent, leurs produits étaient destinés à des marchés de niche comme les militaires (les technologies de blindage ou de vision nocturne) ou encore le monde médical (les bracelets qui permettent d’anticiper les problèmes cardiaques et même de prévenir les services de secours).

L’intérêt de Google, Apple ou Sony (qui vend également des montres intelligentes) prouve que ces collections printemps, été, hiver technologiques pourraient devenir des produits grand public. “Il faut l’implication de groupes importants comme Apple pour que ce genre de technologie attire l’intérêt du plus grand nombre”, confirme Sarah Rotman, spécialiste des vêtements connectés pour le cabinet de conseil américain Forrester, au quotidien britannique Daily Telegraph. L’ère de l’homme hyper (sur ?) connecté est peut-être plus proche qu’on le pense... Illustration.

Première publication : 13/03/2013

  • SANTÉ

    Les géants du Net veulent "prolonger l'espérance de vie"

    En savoir plus

  • INFRASTRCUTURE

    L’aéroport de San José prêt à accueillir la flotte de Google

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Quand les résultats record d'Apple ne suffisent plus à Wall Street

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)