Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Amériques

Ronald Reagan pourrait, enfin, s’offrir une montagne

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2013

Ronald Reagan pourrait bientôt donner son nom à une montagne alors baptisée Mont du Français. À l'initiative du projet : non pas de francophobes mais des conservateurs soucieux de défendre l'héritage du 40e président des États-Unis.

Dans le Nevada, le Mont du Français, non loin de Las Vegas, pourrait bientôt être rebaptisé le Mont Reagan. Cette initiative, portée par un citoyen américain du nom de Chuck Muth, entre dans le cadre du Projet pour la défense de l’héritage de Ronald Reagan lancé en 1997. Objectif ? Répandre le nom de l’ancien président des États-Unis dans chaque État. À leur tableau, déjà 3 000 nominations (écoles, autoroutes, bâtiments, etc.) mais toujours pas de montagne. Un véritable challenge si l’on considère que seuls 12 des 44 présidents américains ont déjà donné leur nom à une montagne.

En 2009, quand Chuck Muth, qui se dit "conservateur et fier de l'être", s’installe à Las Vegas, il réalise qu’aucun lieu dans le Nevada ne porte encore le nom de Reagan. “On s’est dit : 'il y a plein de montagnes ici, alors pourquoi ne pas donner le nom de Reagan à une montagne ?” explique-t-il au mensuel américain "The Atlantic".

"Plus solide que le granit"

“Nommer une montagne du nom de Ronald Reagan est tout à fait approprié si on considère que ce qu’il a accompli est monumental. Son caractère et son intégrité étaient plus solides que le granit”, souligne Craig Shirley, l'un des biographes de l'ancien chef de l’État.

Depuis, Chuck Muth a découvert l’univers compliqué de la dénomination de lieux géographiques. Après avoir compris qu’il était à peu près impossible de changer le nom d’un lieu, à moins que celui-ci soit jugé offensant, le fervent supporter du 40e président américain a cherché, vainement, une montagne qui n’aurait pas encore de nom. Finalement, il découvre que la montagne en face de chez lui est mal nommée. La “Sunrise Mountain”, comme l’appellent les habitants, porte en fait le nom officiel de  “Frenchman Mountain”. Or, le Français en question n'en était pas un - il se dit qu'il était belge - et éfaisait dans le commerce de faux permis d’exploitation minier. Une aubaine. Il n’en fallait pas plus à notre homme pour s’enfoncer dans la brèche.

Une audience est donc prévue le 14 mai devant la Commission du Nevada pour les noms géographiques. Le dossier a de bonnes chances d’être accepté mais pour s’assurer du succès, l’initiative compte sur un soutien populaire. Chuck Muth veut faire appel à tous les foyers conservateurs de la région de Las Vegas, soit 183 955 familles. Et pour financer ces efforts... un appel aux dons a été lancé. De multiples boutons pour rejoindre le Club du sommet clignotent donc sur le site du projet Mont Reagan. Les généreux donateurs se verront notamment attribuer un certificat qu’ils pourront, par exemple, encadrer et afficher chez eux ou dans leur bureau.

Paul Smith, un fier membre du "Club du sommet" en décembre 2012 (photo publiée sur le site du projet du Mont Reagan).

En cas de victoire à cette première commission, il ne restera plus que l’étape de la commission fédérale à passer. En 2014, les touristes pourraient donc suivre le chemin de randonnée qui amène au sommet du mont et admirer du haut de ses 1 316 mètres une vue, paraît-il magnifique, de Las Vegas et ses environs...

Et sinon ? Une possible solution de secours pourrait se trouver au fameux Mont Rushmore. Il semble qu’il reste encore de la place aux côtés des quatre présidents déjà sculptés dans la roche...

 

Première publication : 13/03/2013

COMMENTAIRE(S)