Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Afrique

Le gouvernement d'Ali Larayedh obtient la confiance de la Constituante

© AFP

Vidéo par Luke SHRAGO , Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/03/2013

Le nouveau gouvernement tunisien dirigé par l'islamiste Ali Larayedh a obtenu le soutien de 139 députés de l'Assemblée constituante, soit 30 voix de plus que la majorité absolue nécessaire à sa prise de fonction.

Le nouveau gouvernement tunisien dirigé par l'islamiste Ali Larayedh a obtenu mercredi à la mi-journée la confiance des députés de l'Assemblée nationale constituante, à l'issue d'une séance retransmise à la télévision.

Le cabinet, formé par une coalition regroupant islamistes d'Ennahda, deux partis laïcs et des indépendants, a obtenu le soutien de 139 députés, soit trente voix de plus que la majorité absolue nécessaire à l'entrée en fonction du gouvernement.

Des indépendants à la tête des ministères régaliens

Seuls 45 députés ont voté contre et 13 autres se sont abstenus. Vingt élus étaient par ailleurs absents.

A l'issue du vote, les députés ont chanté l'hymne national au sein de l'hémicycle avant de scander "fidèles au sang des martyrs" de la révolution de janvier 2011 qui a renversé le régime de Zine El Abidine Ben Ali.

Tout juste avant le vote, Ali Larayedh a prononcé un bref discours, pour répondre aux dizaines d'interventions de députés depuis mardi, lors duquel il a réagi pour la première fois à l'immolation d'un jeune vendeur ambulant, désespéré par ses conditions de vie et qui est mort mercredi matin de ses blessures.

"C'est un incident triste, j'espère que nous avons tous compris le message", a déclaré le chef du gouvernement.

Ce décès est hautement symbolique en Tunisie où la révolution avait été déclenchée par l'immolation d'un vendeur ambulant excédé par la misère et les brimades de policiers à Sidi Bouzid (centre).

La pauvreté et le chômage étaient au coeur des causes du soulèvement qui a renversé le régime de Ben Ali, or deux ans après l'économie tunisienne est toujours anémique et le pays est paralysé par une interminable crise politique et institutionnelle.

AFP

Première publication : 13/03/2013

  • TUNISIE

    Décès de l'homme qui s'était immolé par le feu en plein coeur de Tunis

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ali Larayedh dévoile son nouveau gouvernement

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le parti islamiste Ennahda renonce aux ministères régaliens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)