Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

La France condamnée pour avoir censuré un "casse-toi pov' con"

© AFP

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 14/03/2013

La Cour européenne des droits de l'Homme a estimé jeudi que la France avait bafoué la liberté d'expression en condamnant l'homme qui avait brandi, en 2008, à Laval, une affichette "Casse-toi pov'con", à l'adresse de Nicolas Sarkozy.

En lançant un "casse-toi pov' con" au Salon de l’agriculture en février 2008, Nicolas Sarkozy pouvait-il imaginer que sa petite phrase serait encore au cœur de la tourmente judiciaire, cinq années plus tard ? La CEDH (Cour européenne des droits de l'Homme) a estimé jeudi 14 mars que la France avait bafoué la liberté d'expression en condamnant pour "offense au chef de l'État", Hervé Eon, ancien conseiller général socialiste passé au Parti de gauche, qui avait agité en 2008 une pancarte "Casse-toi pov'con" devant le président de l'époque Nicolas Sarkozy.

La juridiction européenne a qualifié de "disproportionné" le recours à une sanction pénale, qui risque selon elle d'avoir "un effet dissuasif sur des interventions satiriques qui peuvent contribuer au débat sur des question d'intérêt général".

Le militant de gauche faisait une allusion évidente au "Casse-toi pov'con" prononcé quelques mois plus tôt par Nicolas Sarkozy lui-même, au Salon de l'agriculture, à l'adresse d'un visiteur qui refusait de lui serrer la main. L'échange, largement médiatisé à l’époque, avait fait l’objet de nombreux détournements des détracteurs du président.

"Une petite leçon de politesse"

Dans l'affaire de l'affichette, Nicolas Sarkozy a porté plainte pour "offense au chef de l’État" et obtenu gain de cause. Hervé Eon a été condamné à une peine "de principe" de trente euros avec sursis. Une amende confirmée en appel. "J’ai trouvé ça injuste vu que l’expression venait de Nicolas Sarkozy à la base", avait déploré l’accusé. "Et puis, je suis plus âgé que lui, je pouvais bien lui donner une petite leçon de politesse."

Après avoir épuisé tous les recours possibles dans l’Hexagone, l’ancien élu, soutenu par Jean-Luc Mélenchon, s'est tourné vers le Cour européenne des droits de l'Homme.

Le retour du crime de lèse-majesté ?

L'avocate d'Hervé Eon, maître Dominique Noguères, voit dans cette affaire "une question de principe"."Même si la condamnation a été très légère, il est ahurissant que ce monsieur ait été arrêté et poursuivi en justice" pour offense au chef de l’État, estime l'avocate, rappelant que "le nom du président de la République n'était même pas cité" sur la pancarte litigieuse"...

Première publication : 14/03/2013

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Sarkozy en homme providentiel : une stratégie gaullienne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy évoque son éventuel retour dans l'arène politique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Polémique après une blague de François Hollande sur Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)