Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

FRANCE

La France condamnée pour avoir censuré un "casse-toi pov' con"

© AFP

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 14/03/2013

La Cour européenne des droits de l'Homme a estimé jeudi que la France avait bafoué la liberté d'expression en condamnant l'homme qui avait brandi, en 2008, à Laval, une affichette "Casse-toi pov'con", à l'adresse de Nicolas Sarkozy.

En lançant un "casse-toi pov' con" au Salon de l’agriculture en février 2008, Nicolas Sarkozy pouvait-il imaginer que sa petite phrase serait encore au cœur de la tourmente judiciaire, cinq années plus tard ? La CEDH (Cour européenne des droits de l'Homme) a estimé jeudi 14 mars que la France avait bafoué la liberté d'expression en condamnant pour "offense au chef de l'État", Hervé Eon, ancien conseiller général socialiste passé au Parti de gauche, qui avait agité en 2008 une pancarte "Casse-toi pov'con" devant le président de l'époque Nicolas Sarkozy.

La juridiction européenne a qualifié de "disproportionné" le recours à une sanction pénale, qui risque selon elle d'avoir "un effet dissuasif sur des interventions satiriques qui peuvent contribuer au débat sur des question d'intérêt général".

Le militant de gauche faisait une allusion évidente au "Casse-toi pov'con" prononcé quelques mois plus tôt par Nicolas Sarkozy lui-même, au Salon de l'agriculture, à l'adresse d'un visiteur qui refusait de lui serrer la main. L'échange, largement médiatisé à l’époque, avait fait l’objet de nombreux détournements des détracteurs du président.

"Une petite leçon de politesse"

Dans l'affaire de l'affichette, Nicolas Sarkozy a porté plainte pour "offense au chef de l’État" et obtenu gain de cause. Hervé Eon a été condamné à une peine "de principe" de trente euros avec sursis. Une amende confirmée en appel. "J’ai trouvé ça injuste vu que l’expression venait de Nicolas Sarkozy à la base", avait déploré l’accusé. "Et puis, je suis plus âgé que lui, je pouvais bien lui donner une petite leçon de politesse."

Après avoir épuisé tous les recours possibles dans l’Hexagone, l’ancien élu, soutenu par Jean-Luc Mélenchon, s'est tourné vers le Cour européenne des droits de l'Homme.

Le retour du crime de lèse-majesté ?

L'avocate d'Hervé Eon, maître Dominique Noguères, voit dans cette affaire "une question de principe"."Même si la condamnation a été très légère, il est ahurissant que ce monsieur ait été arrêté et poursuivi en justice" pour offense au chef de l’État, estime l'avocate, rappelant que "le nom du président de la République n'était même pas cité" sur la pancarte litigieuse"...

Première publication : 14/03/2013

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Sarkozy en homme providentiel : une stratégie gaullienne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy évoque son éventuel retour dans l'arène politique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Polémique après une blague de François Hollande sur Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)