Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-chef de la diplomatie des Khmers rouges décède avant la fin de son procès

© AFP

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2013

Jugé pour crime contre l'humanité, Ieng Sary, l'ex-chef de la diplomatie des Khmers rouges, est décédé à Phnom Penh. Cette mort accroît la frustration des victimes de ce régime, qui craignent que les principaux responsables échappent à la justice.

L’ex-ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges est mort jeudi 14 mars à Phnom Penh, la capitale cambodgienne. Agé 87 ans, il était poursuivi pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité par le tribunal mis en place avec le soutien des Nations unies. "Nous pouvons confirmer que Ieng Sary est mort ce matin", a déclaré Lars Olsen, porte-parole de la cour.

"Les co-procureurs vont établir les causes de sa mort avant de le rendre à sa famille", a-t-il ajouté, jugeant "regrettable" que la justice n'ait pu s'exprimer sur son cas mais soulignant que son décès n'aurait pas d'impact sur le procès des deux autres accusés. L'ancien ministre comparaissait en effet devant le tribunal avec l'ancien chef de l'État Khieu Samphan, 81 ans, et le "frère numéro deux" et idéologue du régime, Nuon Chea, 86 ans.

Ieng Sary disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l'appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l'éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa.

La frustration des victimes du régime khmer

Son décès va accroître la frustration des victimes du régime maoïste, qui craignent que les principaux responsables de la disparition d'environ 1,7 million de personnes dans les "champs de la mort" échappent à la justice. "Maintenant nous perdons des preuves. Je suis frustré qu'il n'ait pas reconnu sa culpabilité", a ainsi déclaré à l'AFP Chum Mey, 82 ans, un des rares survivants de la prison de Tuol Sleng, à Phnom Penh.

"C'est un coup dur pour le tribunal, a également commenté Heather Ryan, de l'organisation Open Society Justice Initiative. Sa mort avant la conclusion du procès laissera les Cambodgiens dans une frustration sur la cour et sur les chances d'établir les responsabilités dans les crimes des Khmers rouges."

Une autre responsable politique majeure, Ieng Thirith, est encore en vie. Mais l'ex-ministre des Affaires sociales, veuve de Ieng Sary, a perdu la raison et a été déclarée l'an passé inapte à être jugée.

Une justice lente

Le seul procès achevé à ce jour par la juridiction internationale est celui de Kaing Guek Eav, alias Douch, patron de la prison de Tuol Sleng à Phnom Penh, dans laquelle quelque 15 000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées. Il a été condamné à la perpétuité.

Outre les innombrables critiques sur sa lenteur et les pressions politiques dont il fait l'objet de la part du gouvernement cambodgien, le tribunal fait face depuis quelques semaines à une crise financière sans précédent, qui menace jusqu'à son existence. Des traducteurs sont en grève depuis dix jours pour protester contre le fait que 270 employés cambodgiens - des magistrats aux chauffeurs - travaillent sans contrat depuis janvier et ne sont plus payés depuis trois mois. Les audiences ont été suspendues sine die.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 14/03/2013

  • CAMBODGE

    Début des funérailles de l'ancien roi du Cambodge

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    La dépouille de l'ancien roi Sihanouk rapatriée au Cambodge

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Jugée démente, l’ex-"première dame" des Khmers Rouges est libre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)