Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-chef de la diplomatie des Khmers rouges décède avant la fin de son procès

© AFP

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2013

Jugé pour crime contre l'humanité, Ieng Sary, l'ex-chef de la diplomatie des Khmers rouges, est décédé à Phnom Penh. Cette mort accroît la frustration des victimes de ce régime, qui craignent que les principaux responsables échappent à la justice.

L’ex-ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges est mort jeudi 14 mars à Phnom Penh, la capitale cambodgienne. Agé 87 ans, il était poursuivi pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité par le tribunal mis en place avec le soutien des Nations unies. "Nous pouvons confirmer que Ieng Sary est mort ce matin", a déclaré Lars Olsen, porte-parole de la cour.

"Les co-procureurs vont établir les causes de sa mort avant de le rendre à sa famille", a-t-il ajouté, jugeant "regrettable" que la justice n'ait pu s'exprimer sur son cas mais soulignant que son décès n'aurait pas d'impact sur le procès des deux autres accusés. L'ancien ministre comparaissait en effet devant le tribunal avec l'ancien chef de l'État Khieu Samphan, 81 ans, et le "frère numéro deux" et idéologue du régime, Nuon Chea, 86 ans.

Ieng Sary disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l'appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l'éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa.

La frustration des victimes du régime khmer

Son décès va accroître la frustration des victimes du régime maoïste, qui craignent que les principaux responsables de la disparition d'environ 1,7 million de personnes dans les "champs de la mort" échappent à la justice. "Maintenant nous perdons des preuves. Je suis frustré qu'il n'ait pas reconnu sa culpabilité", a ainsi déclaré à l'AFP Chum Mey, 82 ans, un des rares survivants de la prison de Tuol Sleng, à Phnom Penh.

"C'est un coup dur pour le tribunal, a également commenté Heather Ryan, de l'organisation Open Society Justice Initiative. Sa mort avant la conclusion du procès laissera les Cambodgiens dans une frustration sur la cour et sur les chances d'établir les responsabilités dans les crimes des Khmers rouges."

Une autre responsable politique majeure, Ieng Thirith, est encore en vie. Mais l'ex-ministre des Affaires sociales, veuve de Ieng Sary, a perdu la raison et a été déclarée l'an passé inapte à être jugée.

Une justice lente

Le seul procès achevé à ce jour par la juridiction internationale est celui de Kaing Guek Eav, alias Douch, patron de la prison de Tuol Sleng à Phnom Penh, dans laquelle quelque 15 000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées. Il a été condamné à la perpétuité.

Outre les innombrables critiques sur sa lenteur et les pressions politiques dont il fait l'objet de la part du gouvernement cambodgien, le tribunal fait face depuis quelques semaines à une crise financière sans précédent, qui menace jusqu'à son existence. Des traducteurs sont en grève depuis dix jours pour protester contre le fait que 270 employés cambodgiens - des magistrats aux chauffeurs - travaillent sans contrat depuis janvier et ne sont plus payés depuis trois mois. Les audiences ont été suspendues sine die.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 14/03/2013

  • CAMBODGE

    Début des funérailles de l'ancien roi du Cambodge

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    La dépouille de l'ancien roi Sihanouk rapatriée au Cambodge

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Jugée démente, l’ex-"première dame" des Khmers Rouges est libre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)