Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

Asie - pacifique

Xi Jinping formellement élu à la présidence chinoise par le Parlement

© AFP

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2013

Le Parlement chinois a élu jeudi Xi Jinping à la présidence de la République populaire. Ce vote parachève le transfert du pouvoir de la génération du président sortant Hu Jintao à celle du nouveau chef de l'État.

Lors d’une séance de l’Assemblée nationale populaire de Chine, Xi Jinping a été formellement élu jeudi 14 mars à la présidence de la République. "J'annonce maintenant que le camarade Xi Jinping est choisi comme président de la République populaire de Chine", a ainsi déclaré Liu Yunshan, un haut responsable du PCC qui présidait la séance retransmise en direct à la télévision. Le Parlement a ainsi entériné les décisions du Parti communiste, qui avait porté Xi Jinping à sa tête et à celle des forces armées - les deux vrais centres du pouvoir - en novembre dernier.

Au son d'une musique entraînante emplissant l'immense hall du Palais du peuple situé sur la place Tiananmen, au cœur de Pékin, Xi Jinping, vêtu d'un costume sombre et d'une cravate rouge, a glissé dans une urne rouge vif son bulletin de vote. Les presque 3 000 délégués ont voté de manière disciplinée, à l'exception d'un "non" et de trois abstentions.

À la fin de la cérémonie, le nouveau président, âgé de 59 ans, a serré la main de son prédécesseur Hu Jintao, 70 ans, qui a effectué deux mandats de cinq ans, le maximum autorisé. Xi Jinping sera flanqué de Li Keqiang comme Premier ministre, qui succède à Wen Jiabao, dont la désignation par l'ANP est prévue vendredi 15 mars.

Concentration de tous les pouvoirs

En endossant le titre de chef de l'État, Xi Jinping représentera désormais la Chine au niveau international et dispose de tous les rênes du pouvoir pour les dix prochaines années. Son premier voyage en tant que président de la République est prévu d'ici la fin du mois avec une visite officielle à Moscou suivie d'une tournée en Afrique.

À la différence de son prédécesseur, une fois élu secrétaire-général du PCC, il avait pris immédiatement la présidence de la puissante Commission militaire centrale, l'organe dirigeant du Parti communiste sur l'Armée populaire de libération (APL). "De mémoire récente, il n'y a pas d'autre figure comparable cumulant un tel pouvoir" en si peu de temps, a commenté Willy Lam, expert de la politique chinoise à l'université de Hong Kong.

Mais en dépit de ses titres, Xi Jinping est encore loin d'avoir carte blanche et devra composer avec ses pairs, le consensus au sein du Comité permanent du Bureau politique du PCC, son organe suprême, étant de règle.

Un vice-président réformiste

La vice-présidence est allée à un membre du Bureau politique à la réputation de réformiste, Li Yuanchao, qui l'a remporté sur le favori, Liu Yunshan, un conservateur en charge depuis 10 ans de la propagande et de l'idéologie.

Le vote de l'ANP était considéré comme une formalité. Aucune autre candidature n'étant possible, il était demandé aux délégués d'approuver ou non les candidats désignés.

L'ANP doit terminer samedi 16 mars la désignation des nouveaux responsables du Conseil d'Etat (gouvernement) avant de conclure ses travaux le lendemain avec un discours attendu du nouveau président chinois.

FRANCE 24 avec dépêches
 

Première publication : 14/03/2013

  • CHINE

    Qui sont les nouveaux dirigeants chinois ?

    En savoir plus

  • CHINE

    Le PCC achève son congrès et consacre son nouveau leader Xi Jinping

    En savoir plus

  • CHINE

    Xi Jinping, le "prince rouge" devenu héritier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)