Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Moyen-orient

Embargo sur les armes en Syrie : l'UE en quête d'une "position commune"

© AFP

Vidéo par Cyril VANIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/03/2013

Au lendemain d'une prise de position claire de Paris et Londres sur la levée de l'embargo pour la livraison d'armes à l'opposition syrienne, l'Union européenne a déclaré vendredi vouloir trouver rapidement une position commune sur cette question.

L'Union européenne va tenter de trouver la semaine prochaine une "position commune" sur la question de la livraison d'armes à l'opposition syrienne, a annoncé vendredi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

"La question de la levée de l'embargo a été soulevée par quelques Etats membres. Nous nous sommes mis d'accord pour demander aux ministres des Affaires étrangères d'examiner d'urgence la situation au cours de leur réunion informelle prévue la semaine prochaine à Dublin et d'élaborer une position commune", a déclaré M. Van Rompuy à l'issue du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement européens à Bruxelles.

La levée de l'embargo sur les armes à destination de l'opposition syrienne est défendue par la France et le Royaume-Uni.

Le président François Hollande a indiqué jeudi que la France était "prête à prendre ses responsabilités", en l'absence de consensus européen. "Nous avons comme objectif de convaincre nos partenaires à la fin du mois de mai, et si possible avant. Nous allons employer notre sens de la diplomatie. Si d'aventure, il devait y avoir un blocage d'un ou deux pays alors la France, elle, prendrait ses responsabilités", a-t-il dit alors que le conflit syrien vient d'entrer dans sa troisième année.

La tâche s'annonce délicate en raison de la réticence de nombreux autres pays européens, notamment ceux du nord comme la Suède et la Finlande, ou encore l'Autriche.

Le chancelier autrichien, Werner Faymann, s'est ainsi déclaré vendredi matin "contre une levée de l'embargo" car une livraison d'armes "ne contribuerait pas à mettre fin au conflit". Il a mis en garde contre le risque que "ceux de l'autre côté", qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad, "livrent encore plus d'armes".

Son homologue allemande, Angela Merkel, a également plaidé la prudence: "nous devons faire attention" à ce que le régime "ne reçoive pas encore plus d'armes de la part de pays" qui le soutiennent, a-t-elle dit jeudi soir.

M. Van Rompuy a estimé que les 27 devaient "développer une position commune", en raison de la "frustration grandissante par rapport à la situation humanitaire et au manque de progrès" vers une solution politique.

Les 27 avaient décidé fin février de proroger les sanctions contre la Syrie, dont l'embargo sur les armes, pour trois mois, soit jusqu'à la fin du mois de mai. Ils ont toutefois levé les restrictions sur la fourniture d'équipements non-létaux et sur l'assistance technique "pour aider l'opposition et protéger les civils".

AFP

Première publication : 15/03/2013

  • SYRIE

    Deux ans de rébellion en Syrie, Paris et Londres veulent armer l'opposition

    En savoir plus

  • SYRIE

    Paris et Londres prêts à lever l'embargo sur les armes pour la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armement des rebelles syriens : une décision "logique" de la Ligue arabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)