Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

L'opération "presse morte" est levée à Bamako

© malijet | Boukary Daou, directeur de publication du journal privé "Le Républicain".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/03/2013

Les journalistes maliens ont décidé de lever l'opération "presse morte" déclenchée mardi, après que le directeur de la publication du journal "Le Républicain", arrêté par les services de renseignement, a finalement été remis à la police.

Les journalistes maliens ont décidé jeudi 14 mars de cesser leur opération "presse morte". Cette grève avait été déclenchée deux jours plus tôt pour protester contre l’arrestation par les services de renseignement de Boukary Daou, le directeur de publication du quotidien "Le Républicain", le 6 mars. Selon l’AFP, le journaliste a depuis été remis à la police : Il a été transféré à la Brigade d'investigation judiciaire (BIJ).

"Boukary est devant la BIJ, c'est un bon début. Nous restons vigilants et nous levons le mot d'ordre à compter de vendredi à minuit", a déclaré Kassim Traoré, président de l'organisation des jeunes reporters du Mali. D'autres journalistes ont confirmé la décision de lever la grève.

Une mystérieuse lettre

Boukary Daou a été arrêté en raison de la publication d'une lettre ouverte au président Dioncounda Traoré signée d'un mystérieux "capitaine Touré",  présenté comme étant en poste à Gao, mettant en cause la nomination du capitaine putschiste Amadou Haya Sanogo à la tête d'un comité de réforme de l'armée au mois de février. L'armée malienne a dénoncé un "auteur fantôme", démentant qu'un gradé de ce nom soit affecté dans cette zone.

Le journaliste attend désormais de savoir si la justice malienne va entamer des poursuites contre lui : "Demain [vendredi], on sera fixé sur le sort de mon client", a expliqué l'un de ses avocats, Me Cheick Oumar Konaré. "Mon client m'a dit qu'à la Sécurité d'État il a été mis dans une cellule, déshabillé et enchaîné", a-t-il précisé.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 15/03/2013

  • MALI

    Opération "presse morte" à Bamako pour la libération d'un journaliste

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Accusée d’exactions, l’armée malienne est tenue de "respecter la population"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un djihadiste français présumé interpellé au Mali, un autre expulsé vers la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)