Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

FRANCE

Le délit de racolage passif sera abrogé, confirme Najat Vallaud-Belkacem

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/03/2013

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé ce samedi dans un entretien au journal Le Parisien que l'engagement pris par François Hollande d'abroger le délit de racolage passif sera tenu.

L'engagement de campagne de François Hollande sur l'abrogation du délit de racolage sera tenu, affirme dans un entretien publié samedi par Le Parisien la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, près de 10 ans après le vote de cette loi controversée.

"Cet engagement sera tenu. Pour une raison simple: l'instauration du délit de racolage passif a fait des personnes prostituées des coupables, quand 90% d'entre elles sont des victimes de la traite des êtres humains", assure la ministre au Parisien/Aujourd'hui en France. "Pour échapper aux forces de l'ordre, elles se sont éloignées des centres-villes et des structures d'accompagnement, se retrouvant plus exposées aux violences", ajoute-t-elle, reprenant les arguments martelés par les associations depuis 10 ans.

Le 18 mars 2003, la Loi de sécurité intérieure instituait le délit de racolage passif, pénalisant "le fait par tout moyen, y compris par une attitude même passive, de procéder publiquement au racolage d'autrui en vue de l'inciter à des relations sexuelles en échange d'une rémunération". Tout contrevenant devenait passible de deux mois d'emprisonnement et de 3.750 euros d'amende.

"Abroger ce délit ne signifie pas l'impunité pour les proxénètes, au contraire, car nous faisons preuve de la plus grande fermeté contre les réseaux", affirme Mme Vallaud-Belkacem.

Selon la ministre, "au-delà de l'initiative ciblée du Sénat", le gouvernement souhaite "aboutir à un texte qui traitera de ces questions dans leur globalité."

La sénatrice EELV Esther Benbassa a déposé une proposition de loi sur l'abrogation du délit de racolage, qui sera débattue le 28 mars au Sénat.

"Nous travaillons avec un certain nombre de parlementaires, de gauche comme de droite, afin que soit élaborée d'ici à l'automne une proposition de loi globale sur la prostitution et la traite" des êtres humains, précise la ministre, indiquant que la pénalisation du client est "une piste de réflexion parmi d'autres".

Le syndicat des travailleurs du sexe (Strass), qui regroupe des prostituées dite "indépendantes", appelle à une manifestation samedi à Pigalle pour demander l'abrogation du délit de racolage, à laquelle doivent se joindre des associations comme Aides ou Médecins du monde.

AFP

Première publication : 16/03/2013

  • FRANCE

    Najat Vallaud-Belkacem veut faire "disparaître" la prostitution

    En savoir plus

  • FRANCE

    Prostitution : "Toutes les lois visant à protéger les femmes ont été néfastes"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les députés adoptent une résolution anti-prostitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)