Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Asie - pacifique

Une touriste suisse victime d'un viol collectif en Inde

© AFP

Vidéo par Constantin SIMON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2013

Une touriste suisse a été violée par un groupe de sept à huit hommes, vendredi, dans l'État du Madhya Pradesh, dans le centre de l'Inde. Son mari, qui a été violenté et attaché, a assisté impuissant à l'agression de sa femme.

L'Inde fait face à un nouveau scandale sexuel. Moins de trois mois après le viol et la mort d'une étudiante indienne, le 29 décembre, à New Delhi, une touriste suisse a à nouveau été victime d'un viol collectif - en présence de son mari - dans le centre de l'Inde, vendredi.

"Plusieurs personnes sont actuellement entendues par la police locale"

La victime circulait à vélo avec son époux dans l'État du Madhya Pradesh quand sept à huit hommes ont attaqué le couple, attaché l'homme et violé sa compagne en sa présence, avant de leur voler leurs biens, a précisé l'officier de police S.M. Afzal. La femme, âgée d'environ 40 ans, a été hospitalisée à Gwalior, à quelque 340 km de Bhopal, la capitale de l'État, a ajouté M.S. Dhodee, un autre officier de police.

Les deux victimes se rendaient au Taj Mahal

"Une plainte pour viol a été déposée contre sept individus non identifiés", a déclaré à l'AFP l'officier Dhodee. "Une vingtaine de personnes ont été arrêtées en raison de soupçons qui pèsent sur elles et sont en cours d'interrogatoire", a indiqué un autre officier, M. Arya, à l'agence de presse indienne Press Trust of India (PTI)

Les victimes ont déclaré être de nationalité suisse, selon la police. Les deux touristes, qui se rendaient au fameux palais de Taj Mahal, à Agra, l'un des lieux touristiques les plus prisés du pays, ont fait escale dans un petit village du Madhya Pradesh pour coucher une nuit sous la tente, selon la police.

A Berne, le ministère suisse des Affaires étrangères s'est déclaré "profondément choqué par ce tragique incident". Le ministère a souhaité que les agresseurs soient "rapidement identifiés et qu'ils devront répondre de leurs actes devant un tribunal".

Ce drame survient alors que les Indiennes - mais aussi un nombre croissant d'Indiens - manifestent de plus en plus contre les viols et agressions sexuelles dont les femmes sont victimes dans tout le pays, souvent en toute impunité. Le 29 décembre, une jeune étudiante indienne avait été violée en présence de son petit ami, qui avait été passé à tabac par les agresseurs. Ce crime sexuel avait provoqué un tollé en Inde. Les auteurs de l'agression ont été arrêtés depuis, mais le principal accusé a été retrouvé pendu dans sa cellule le 11 mars, dans des circonstances encore non élucidées.

En 2003, une autre Suissesse, une diplomate de 36 ans, avait été enlevée dans un parking de New Delhi puis violée par deux hommes. Les responsables de cette agression n'ont, eux, jamais été jugés.

Avec dépêches

Première publication : 16/03/2013

  • INDE

    Viol collectif en Inde : polémique après le suicide d'un suspect en prison

    En savoir plus

  • INDE

    Nouvelle affaire de viol collectif en Inde, six arrestations

    En savoir plus

  • INDE

    Six suspects inculpés de meurtre après le décès de l'étudiante violée à New Dehli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)