Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Reportage : en Libye, la breakdance à l'épreuve d'une société conservatrice

© FRANCE 24

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2013

En Libye, les adeptes de breakdance ont du mal à se faire une place dans une société profondément conservatrice. Mais les danseurs libyens comptent bien faire évoluer les mentalités et se "faire connaître dans le monde arabe".

Ils sont jeunes, libyens et excellent dans le breakdance. Mais, à Tripoli, pratiquer cette danse jugée subversive - venue tout droit des ghettos américains des années 1970 - n’est pas vraiment du goût des conservateurs. Au grand dam de Hakem Mohamed, organisateur de l’une des seules compétitions autorisées dans le pays. "Nous sommes marginalisés, déplore-t-il, beaucoup de danseurs ne savent pas qu'il y a des breakdancers qui pratiquent ici", ajoute-t-il.

Mais se faire accepter, c’est d’abord se battre pour faire évoluer les mentalités. Un combat de longue haleine contre une société traditionaliste que beaucoup de danseurs n’ont pas la force de mener. "Bien souvent, les danseurs s'entraînent seuls chez eux… Ils ont peur du regard des autres", confie Hakem Mohamed. 

La chute de Mouammar Kadhafi en 2011 a, néanmoins, suscité un espoir de changement. Hakem a réussi à organiser sa compétition à Tripoli dans un grand gymnase. Il a même révélé de nouveaux talents. "C'est une bonne initiative, il y a des danseurs que nous n'aurions jamais eu l'occasion de découvrir. Et ils sont ici aujourd'hui", confie, ravi, l'un des breakdancers libyens.

Aujourd’hui, Hakem et ses danseurs espèrent surtout se produire plus souvent dans leur pays, se faire respecter et se faire un nom sur la scène internationale. "Nous espérons mettre au courant [les autres danseurs dans le monde] pour qu'ils nous invitent dans des compétitions", confie Hakem qui souhaite surtout, qu’un jour, "le breakdance soit connu à travers le monde arabe".
 

Première publication : 16/03/2013

COMMENTAIRE(S)