Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Qui en voulait au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

Moyen-orient

Reportage : en Libye, la breakdance à l'épreuve d'une société conservatrice

© FRANCE 24

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2013

En Libye, les adeptes de breakdance ont du mal à se faire une place dans une société profondément conservatrice. Mais les danseurs libyens comptent bien faire évoluer les mentalités et se "faire connaître dans le monde arabe".

Ils sont jeunes, libyens et excellent dans le breakdance. Mais, à Tripoli, pratiquer cette danse jugée subversive - venue tout droit des ghettos américains des années 1970 - n’est pas vraiment du goût des conservateurs. Au grand dam de Hakem Mohamed, organisateur de l’une des seules compétitions autorisées dans le pays. "Nous sommes marginalisés, déplore-t-il, beaucoup de danseurs ne savent pas qu'il y a des breakdancers qui pratiquent ici", ajoute-t-il.

Mais se faire accepter, c’est d’abord se battre pour faire évoluer les mentalités. Un combat de longue haleine contre une société traditionaliste que beaucoup de danseurs n’ont pas la force de mener. "Bien souvent, les danseurs s'entraînent seuls chez eux… Ils ont peur du regard des autres", confie Hakem Mohamed. 

La chute de Mouammar Kadhafi en 2011 a, néanmoins, suscité un espoir de changement. Hakem a réussi à organiser sa compétition à Tripoli dans un grand gymnase. Il a même révélé de nouveaux talents. "C'est une bonne initiative, il y a des danseurs que nous n'aurions jamais eu l'occasion de découvrir. Et ils sont ici aujourd'hui", confie, ravi, l'un des breakdancers libyens.

Aujourd’hui, Hakem et ses danseurs espèrent surtout se produire plus souvent dans leur pays, se faire respecter et se faire un nom sur la scène internationale. "Nous espérons mettre au courant [les autres danseurs dans le monde] pour qu'ils nous invitent dans des compétitions", confie Hakem qui souhaite surtout, qu’un jour, "le breakdance soit connu à travers le monde arabe".
 

Première publication : 16/03/2013

Comments

COMMENTAIRE(S)