Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Moyen-orient

Nous saurons dans "10 ou 20 ans" si la guerre en Irak était une "erreur", estime Robert Gates

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2013

L'ancien secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a estimé dimanche sur CNN qu'il était "trop tôt" pour dire si l'invasion de l'Irak avait été une "erreur". Nommé en 2006 par George W. Bush, il avait été reconduit par Obama jusqu'en 2011.

Il faudra "dix ou vingt ans" pour savoir si la guerre en Irak lancée en 2003 a été une "erreur", a estimé dimanche sur CNN l'ancien secrétaire américain à la Défense de 2006 à 2011, Robert Gates.

"C'est trop tôt pour dire s'il s'agissait d'une énorme erreur stratégique qui a déstabilisé une région entière, notamment en renforçant l'Iran, ou si c'était la première fois qu'un régime autoritaire tombait dans cette région", a affirmé l'ancien patron du Pentagone, nommé par George W. Bush fin 2006 aux jours les plus sombres de la guerre en Irak.

"La vérité c'est que nous ne connaîtrons pas la réponse à cette question avant dix ou vingt ans", a ajouté M. Gates, qui a dirigé le Pentagone sous la présidence du républicain Bush avant d'être reconduit par le président démocrate Barack Obama.

"Il y a un certain nombre de choses qui pourraient prouver qu'il s'agissait d'une erreur. Notamment, si l'Irak commence à se désagréger en raison de divisions communautaires et d'une influence croissante et significative de l'Iran en Irak et dans la région et d'une déstabilisation régionale", a-t-il affirmé.

L'ancien secrétaire adjoint à la Défense de 2001 à 2005, le néo-conservateur Paul Wolfowitz, a estimé pour sa part sur la même télévision CNN que "les choses n'ont pas commencé le 19 mars 2003", date du début de la guerre en Irak. Selon lui, l'ancien président irakien Saddam Hussein a "constamment joué à cache-cache avec les inspecteurs de l'ONU", qui ont découvert qu'il avait redémarré un programme important d'armes chimiques et qu'il avait expulsés en 1998.

"Cela nous a pris trop de temps pour comprendre que nous étions face à une insurrection", a encore soutenu M. Wolfowitz, réputé pour avoir été l'un des premiers après le 11-Septembre à prôner une attaque de l'Irak et d'Al-Qaïda en Afghanistan.

AFP

Première publication : 17/03/2013

  • IRAK

    Les États-Unis accusés d’avoir couvert des actes de torture en Irak

    En savoir plus

  • Justin Vaïsse, auteur de "Barack Obama et sa politique étrangère (2008-2012)"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)