Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yemen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

Moyen-orient

Nous saurons dans "10 ou 20 ans" si la guerre en Irak était une "erreur", estime Robert Gates

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2013

L'ancien secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a estimé dimanche sur CNN qu'il était "trop tôt" pour dire si l'invasion de l'Irak avait été une "erreur". Nommé en 2006 par George W. Bush, il avait été reconduit par Obama jusqu'en 2011.

Il faudra "dix ou vingt ans" pour savoir si la guerre en Irak lancée en 2003 a été une "erreur", a estimé dimanche sur CNN l'ancien secrétaire américain à la Défense de 2006 à 2011, Robert Gates.

"C'est trop tôt pour dire s'il s'agissait d'une énorme erreur stratégique qui a déstabilisé une région entière, notamment en renforçant l'Iran, ou si c'était la première fois qu'un régime autoritaire tombait dans cette région", a affirmé l'ancien patron du Pentagone, nommé par George W. Bush fin 2006 aux jours les plus sombres de la guerre en Irak.

"La vérité c'est que nous ne connaîtrons pas la réponse à cette question avant dix ou vingt ans", a ajouté M. Gates, qui a dirigé le Pentagone sous la présidence du républicain Bush avant d'être reconduit par le président démocrate Barack Obama.

"Il y a un certain nombre de choses qui pourraient prouver qu'il s'agissait d'une erreur. Notamment, si l'Irak commence à se désagréger en raison de divisions communautaires et d'une influence croissante et significative de l'Iran en Irak et dans la région et d'une déstabilisation régionale", a-t-il affirmé.

L'ancien secrétaire adjoint à la Défense de 2001 à 2005, le néo-conservateur Paul Wolfowitz, a estimé pour sa part sur la même télévision CNN que "les choses n'ont pas commencé le 19 mars 2003", date du début de la guerre en Irak. Selon lui, l'ancien président irakien Saddam Hussein a "constamment joué à cache-cache avec les inspecteurs de l'ONU", qui ont découvert qu'il avait redémarré un programme important d'armes chimiques et qu'il avait expulsés en 1998.

"Cela nous a pris trop de temps pour comprendre que nous étions face à une insurrection", a encore soutenu M. Wolfowitz, réputé pour avoir été l'un des premiers après le 11-Septembre à prôner une attaque de l'Irak et d'Al-Qaïda en Afghanistan.

AFP

Première publication : 17/03/2013

  • IRAK

    Les États-Unis accusés d’avoir couvert des actes de torture en Irak

    En savoir plus

  • Justin Vaïsse, auteur de "Barack Obama et sa politique étrangère (2008-2012)"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)