Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates de l'occupation

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Moyen-orient

Nous saurons dans "10 ou 20 ans" si la guerre en Irak était une "erreur", estime Robert Gates

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2013

L'ancien secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a estimé dimanche sur CNN qu'il était "trop tôt" pour dire si l'invasion de l'Irak avait été une "erreur". Nommé en 2006 par George W. Bush, il avait été reconduit par Obama jusqu'en 2011.

Il faudra "dix ou vingt ans" pour savoir si la guerre en Irak lancée en 2003 a été une "erreur", a estimé dimanche sur CNN l'ancien secrétaire américain à la Défense de 2006 à 2011, Robert Gates.

"C'est trop tôt pour dire s'il s'agissait d'une énorme erreur stratégique qui a déstabilisé une région entière, notamment en renforçant l'Iran, ou si c'était la première fois qu'un régime autoritaire tombait dans cette région", a affirmé l'ancien patron du Pentagone, nommé par George W. Bush fin 2006 aux jours les plus sombres de la guerre en Irak.

"La vérité c'est que nous ne connaîtrons pas la réponse à cette question avant dix ou vingt ans", a ajouté M. Gates, qui a dirigé le Pentagone sous la présidence du républicain Bush avant d'être reconduit par le président démocrate Barack Obama.

"Il y a un certain nombre de choses qui pourraient prouver qu'il s'agissait d'une erreur. Notamment, si l'Irak commence à se désagréger en raison de divisions communautaires et d'une influence croissante et significative de l'Iran en Irak et dans la région et d'une déstabilisation régionale", a-t-il affirmé.

L'ancien secrétaire adjoint à la Défense de 2001 à 2005, le néo-conservateur Paul Wolfowitz, a estimé pour sa part sur la même télévision CNN que "les choses n'ont pas commencé le 19 mars 2003", date du début de la guerre en Irak. Selon lui, l'ancien président irakien Saddam Hussein a "constamment joué à cache-cache avec les inspecteurs de l'ONU", qui ont découvert qu'il avait redémarré un programme important d'armes chimiques et qu'il avait expulsés en 1998.

"Cela nous a pris trop de temps pour comprendre que nous étions face à une insurrection", a encore soutenu M. Wolfowitz, réputé pour avoir été l'un des premiers après le 11-Septembre à prôner une attaque de l'Irak et d'Al-Qaïda en Afghanistan.

AFP

Première publication : 17/03/2013

  • IRAK

    Les États-Unis accusés d’avoir couvert des actes de torture en Irak

    En savoir plus

  • Justin Vaïsse, auteur de "Barack Obama et sa politique étrangère (2008-2012)"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)