Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Féministes et sexy : ces icones pop qui bousculent les lignes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Tomas van Houtryve, quand la photographie prend de la hauteur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Aylan, enfant martyr

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Star Wars" : les produits dérivés arrivent en force

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La photo oubliée par les médias français

En savoir plus

LE DÉBAT

La Chine, un colosse au pied d’argile ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

La Chine, un colosse au pied d’argile ? (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La photo du corps d'Aylan Kurdi, image "choc" de la crise des réfugiés syriens

En savoir plus

POLITIQUE

"En France, on censure les émotions dans la presse"

En savoir plus

Economie

Taxation bancaire : le Parlement chypriote reporte le vote

© AFP

Vidéo par Julie ALBET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2013

Le vote sur la taxation des dépôts bancaires qui devait avoir lieu lundi 18 mars au Parlement chypriote a été reporté à mardi. Cette mesure imposée par la Troïka, en échange d'un plan d'aide de 10 milliards d'euros, est vivement contestée.

Il devait avoir lieu dimanche, puis lundi et c'est finalement mardi 19 mars que le Parlement chypriote débutera le processus de ratification du plan de sauvetage négocié avec l'Union européenne, d'un montant de 10 milliards d'euros, prévoyant une taxation des dépôts bancaires. Cette mesure controversée est l'une des contreparties que la Troika (FMI, Union européenne et Banque centrale européenne) impose à Nicosie pour débloquer l'aide.

C'est le président du Parlement chypriote, Yiannakis Omirou qui a annoncé ce nouveau report. Il l'a justifié par la nécessité de laisser aux députés le temps de prendre connaissance des amendements proposés par le gouvernement concernant cette mesure.

Chypre avait initialement demandé 17 milliards d'euros. Afin de réduire leur participation à ce prêt, les bailleurs de fonds ont demandé à Nicosie d'instaurer une taxe exceptionnelle de 6,75 % sur tous les dépôts bancaires en-deçà de 100 000 euros et de 9,9 % au-delà de ce seuil.

Course contre la montre

Les débats au Parlement chypriote risquent d'être houleux, le parti communiste Akel, qui dispose de 19 sièges sur 56 au Parlement, et les socialistes de l'Edek (5 sièges) ayant d'ores et déjà rejeté le plan de sauvetage, également critiqué au sein du Diko (centre-droit, 8 sièges), allié du parti de droite Disy du président.

Le gouvernement chypriote reflechit dorénavant à la possibilité d'exonérer les comptes dont le montant ne depasserait pas un certain seuil, quitte à augmenter les prélévements sur les dépôts les plus importants.

Lors d'une intervention télévisée dimanche, le président chypriote Nicos Anastasiades avait déclaré avoir choisi l'option "la moins douloureuse". Il avait toutefois espéré que l'Eurogroupe amende ses décisions pour limiter l'impact sur les petits déposants de ce plan visant à sauver le pays de la banqueroute, le premier dans l'Union européenne à mettre largement à contribution l'ensemble des déposants.

L'annonce de cette taxation avait, en effet, provoqué ce week-end un début de mouvement de panique chez les épargnants. Ces derniers s'étaient rués sur les distributeurs afin de retirer leur argent.

Avec dépêches

Première publication : 18/03/2013

  • CHYPRE

    Le président chypriote défend la taxe sur les dépôts bancaires

    En savoir plus

  • CHYPRE

    Les Chypriotes sous le choc après l'accord sur le plan de sauvetage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)