Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Dix ans après la guerre en Irak, Tony Blair continue de se justifier

© www.itv.com

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2013

Il y a dix ans, la Grande-Bretagne s'engageait au côté des États-Unis dans une guerre controversée en Irak. Dans une interview, le Premier ministre britannique de l'époque, Tony Blair, a une nouvelle fois défendu cette décision.

Dix ans après l'engagement du Royaume-Uni dans le conflit en l’Irak, l’ancien premier ministre britannique Tony Blair a justifié une nouvelle fois son engagement aux côtés des États-Unis.

Dans une interview accordée à la télévision britannique ITV, il a défendu sa décision de partir en guerre au côté du président américain George W. Bush contre "le tyran Saddam".

"Je continue de croire qu'il fallait déposer Saddam [Hussein, le président irakien, NDLR]", a affirmé Tony Blair.

Avocat de profession, il a utilisé les mêmes arguments qu’il y a dix ans sur la nécessité de renverser le régime irakien : "Si on avait laissé Saddam au pouvoir en Irak, il se serait produit un carnage pire encore que celui en cours en Syrie, sans espoir de solution en vue".

"Des centaines de milliers de gens ont trouvé la mort dans les guerres qu'il a entreprises. Il a eu recours à des armes chimiques contre son propre peuple", a-t-il également rappelé.

Un conflit impopulaire

Alors qu’un sondage "YouGov" réalisé à l'occasion du dixième anniversaire du conflit montre que les Britanniques regrettent cet engagement (53 % d’entre eux pensent que la décision de partir en guerre en Irak était mauvaise, 27 % qui l'approuvent), Tony Blair n’exprime pour sa part aucun regret : "J'ai pris une décision que je croyais juste. Et je l'ai prise sciemment en sachant qu'elle serait très impopulaire".

La pilule irakienne passe également toujours aussi mal dans son propre camp travailliste. "Bush est la pire chose qui soit arrivée à Blair", a commenté sur la même chaîne l'ex-ministre des Affaires étrangères David Miliband.

L'ancien ambassadeur britannique à Washington, Sir Christopher Meyer, l’a également récemment critiqué dans les colonnes du Daily Telegraph conservateur. Tony Blair était devenu selon lui un "membre honoraire du premier cercle constitué de néo-conservateurs et faucons qui dictaient la politique américaine".

Une commission d’enquête

Les détracteurs les plus remontés "du blairisme" continuent d'exiger de Tony Blair qu'il réponde en justice de "ses crimes de guerre". Réunis au sein de la coalition "Stop the war", ils perturbent chacune des rares apparitions publiques de l'ancien Premier ministre en son pays.

Une commission d'enquête doit aussi faire toute la lumière sur les conditions de l'engagement du Royaume-Uni en Irak, à laquelle ont pris part 45 000 soldats britanniques, dont 179 ont perdu la vie. Ses conclusions ne sont pas attendues avant fin 2013.

Avec dépêches
 

Première publication : 18/03/2013

  • IRAK

    Desmond Tutu demande un procès à La Haye pour George W. Bush et Tony Blair

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Tony Blair estime qu'il était juste de renverser le régime de Saddam Hussein

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Tony Blair rappelé devant la commission d'enquête sur l'Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)