Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

Dix ans après la guerre en Irak, Tony Blair continue de se justifier

© www.itv.com

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2013

Il y a dix ans, la Grande-Bretagne s'engageait au côté des États-Unis dans une guerre controversée en Irak. Dans une interview, le Premier ministre britannique de l'époque, Tony Blair, a une nouvelle fois défendu cette décision.

Dix ans après l'engagement du Royaume-Uni dans le conflit en l’Irak, l’ancien premier ministre britannique Tony Blair a justifié une nouvelle fois son engagement aux côtés des États-Unis.

Dans une interview accordée à la télévision britannique ITV, il a défendu sa décision de partir en guerre au côté du président américain George W. Bush contre "le tyran Saddam".

"Je continue de croire qu'il fallait déposer Saddam [Hussein, le président irakien, NDLR]", a affirmé Tony Blair.

Avocat de profession, il a utilisé les mêmes arguments qu’il y a dix ans sur la nécessité de renverser le régime irakien : "Si on avait laissé Saddam au pouvoir en Irak, il se serait produit un carnage pire encore que celui en cours en Syrie, sans espoir de solution en vue".

"Des centaines de milliers de gens ont trouvé la mort dans les guerres qu'il a entreprises. Il a eu recours à des armes chimiques contre son propre peuple", a-t-il également rappelé.

Un conflit impopulaire

Alors qu’un sondage "YouGov" réalisé à l'occasion du dixième anniversaire du conflit montre que les Britanniques regrettent cet engagement (53 % d’entre eux pensent que la décision de partir en guerre en Irak était mauvaise, 27 % qui l'approuvent), Tony Blair n’exprime pour sa part aucun regret : "J'ai pris une décision que je croyais juste. Et je l'ai prise sciemment en sachant qu'elle serait très impopulaire".

La pilule irakienne passe également toujours aussi mal dans son propre camp travailliste. "Bush est la pire chose qui soit arrivée à Blair", a commenté sur la même chaîne l'ex-ministre des Affaires étrangères David Miliband.

L'ancien ambassadeur britannique à Washington, Sir Christopher Meyer, l’a également récemment critiqué dans les colonnes du Daily Telegraph conservateur. Tony Blair était devenu selon lui un "membre honoraire du premier cercle constitué de néo-conservateurs et faucons qui dictaient la politique américaine".

Une commission d’enquête

Les détracteurs les plus remontés "du blairisme" continuent d'exiger de Tony Blair qu'il réponde en justice de "ses crimes de guerre". Réunis au sein de la coalition "Stop the war", ils perturbent chacune des rares apparitions publiques de l'ancien Premier ministre en son pays.

Une commission d'enquête doit aussi faire toute la lumière sur les conditions de l'engagement du Royaume-Uni en Irak, à laquelle ont pris part 45 000 soldats britanniques, dont 179 ont perdu la vie. Ses conclusions ne sont pas attendues avant fin 2013.

Avec dépêches
 

Première publication : 18/03/2013

  • IRAK

    Desmond Tutu demande un procès à La Haye pour George W. Bush et Tony Blair

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Tony Blair estime qu'il était juste de renverser le régime de Saddam Hussein

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Tony Blair rappelé devant la commission d'enquête sur l'Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)