Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

Afrique

Reddition du général rebelle congolais Bosco Ntaganda

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2013

Bosco Ntaganda s'est réfugié à l'ambassade américaine au Rwanda, où il demande son transfèrement devant la Cour pénale internationale (CPI). Surnommé "Terminator", le général rebelle congolais est recherché par la Haye pour crimes de guerre.

Bosco Ntaganda, un général rebelle de République démocratique du Congo (RDC) recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, se trouvait lundi dans les locaux de l'ambassade américaine à Kigali. Il demande à être transféré à La Haye pour y être jugé.

"Je confirme que Bosco Ntaganda s'est présenté ce matin à l'ambassade américaine de Kigali", a déclaré un porte-parole du département d'État américain. "Il a spécifiquement demandé à être transféré à la CPI à La Haye"", a-t-il ajouté.

Surnommé "Terminator"

Kigali n'a confirmé la présence du rebelle sur son territoire que lundi en fin de journée. Depuis samedi 16 mars, Kinshasa affirme que Ntaganda a franchi la frontière. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, avait d'ailleurs appelé Kigali à ne pas l'héberger.

"Il y a un engagement clair : pas d'asile, pas d'accueil aux criminels recherchés par la justice internationale, pas d'accueil à ceux qui sont sous sanction des Nations unies", avait-il déclaré.

Bosco Ntaganda, soupçonné par le gouvernement congolais d'être à la tête du mouvement rebelle M23, fait l'objet depuis 2006 de deux mandats d'arrêts de la CPI pour des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre, notamment l'enrôlement d'enfants soldats et des viols, commis dans les régions de l'Ituri (nord-est de la RDC) et du Kivu (est) au début des années 2000. Réputé sans pitié, il a été surnommé "Terminator".

Avec dépêches

Première publication : 18/03/2013

  • RD CONGO

    Onze chefs d'État africains signent un accord pour ramener la paix en RDC

    En savoir plus

  • RDC

    Nord-Kivu : nouvelles sanctions de l’ONU contre le M23

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Le chef de guerre Mathieu Ngudjolo Chui acquitté par la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)