Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

Afrique

Reddition du général rebelle congolais Bosco Ntaganda

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2013

Bosco Ntaganda s'est réfugié à l'ambassade américaine au Rwanda, où il demande son transfèrement devant la Cour pénale internationale (CPI). Surnommé "Terminator", le général rebelle congolais est recherché par la Haye pour crimes de guerre.

Bosco Ntaganda, un général rebelle de République démocratique du Congo (RDC) recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, se trouvait lundi dans les locaux de l'ambassade américaine à Kigali. Il demande à être transféré à La Haye pour y être jugé.

"Je confirme que Bosco Ntaganda s'est présenté ce matin à l'ambassade américaine de Kigali", a déclaré un porte-parole du département d'État américain. "Il a spécifiquement demandé à être transféré à la CPI à La Haye"", a-t-il ajouté.

Surnommé "Terminator"

Kigali n'a confirmé la présence du rebelle sur son territoire que lundi en fin de journée. Depuis samedi 16 mars, Kinshasa affirme que Ntaganda a franchi la frontière. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, avait d'ailleurs appelé Kigali à ne pas l'héberger.

"Il y a un engagement clair : pas d'asile, pas d'accueil aux criminels recherchés par la justice internationale, pas d'accueil à ceux qui sont sous sanction des Nations unies", avait-il déclaré.

Bosco Ntaganda, soupçonné par le gouvernement congolais d'être à la tête du mouvement rebelle M23, fait l'objet depuis 2006 de deux mandats d'arrêts de la CPI pour des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre, notamment l'enrôlement d'enfants soldats et des viols, commis dans les régions de l'Ituri (nord-est de la RDC) et du Kivu (est) au début des années 2000. Réputé sans pitié, il a été surnommé "Terminator".

Avec dépêches

Première publication : 18/03/2013

  • RD CONGO

    Onze chefs d'État africains signent un accord pour ramener la paix en RDC

    En savoir plus

  • RDC

    Nord-Kivu : nouvelles sanctions de l’ONU contre le M23

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Le chef de guerre Mathieu Ngudjolo Chui acquitté par la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)