Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

L'exonération des petits épargnants chypriotes "est purement symbolique"

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/03/2013

Afin de faire accepter par le Parlement chypriote la taxe sur les dépôts bancaires, Nicosie a décidé d’exonérer les comptes de moins de 20 000 euros. Un changement "symbolique et sans impact économique", affirme l’économiste Pascal de Lima.

Les autorités chypriotes ont décidé mardi 19 mars d’exonérer les comptes en banque de moins de 20 000 euros du projet de taxe très controversé sur les dépôts bancaires. Le gouvernement avait annoncé la veille son intention d’amender le texte original qui avait été vivement critiqué et menaçait d’être retoqué lors du vote au Parlement chypriote attendu mardi 19 mars en fin d'après-midi.

La nouvelle mouture de cette mesure met les plus petits épargnants à l’abri tandis qu’elle ne change pas la taxation des dépôts dépassant les 20 000 euros (6,75% en-dessous de 100 000 euros et 9,99% au-dessus). Nicosie espère que cette modification convaincra le Parlement d'adopter le projet en l’état.

Un vote positif est en effet crucial pour l'île car la taxation des dépôts bancaires est une condition sine qua none posée par la Troïka (Union européenne, Fonds monétaire internationale et Banque centrale européenne) pour débloquer une aide internationale de 10 milliards d’euros dont Chypre a cruellement besoin pour ne pas faire faillite.

"Très peu de Chypriotes concernés"

En annonçant cette nouvelle exemption, Chypre “entend dire au monde et à son opinion publique qu’il protége les plus petits épargnants”, souligne à FRANCE 24 Pascal de Lima, spécialiste du secteur bancaire et enseignant à Science-Po Paris. Mais pour l'expert, c’est une “modification purement symbolique” car elle ne concerne que très peu de Chypriotes. “La plupart des épargnants ont justement entre 20 000 et 100 000 euros”, affirme-t-il.

Cette nouvelle version de la taxe sur les dépôts bancaires devrait donc “n’avoir aucun impact économique”, assure le spécialiste - contrairement aux affirmations de la Banque centrale de Chypre qui craint que l'objectif de lever près de 6 milliards d'euros ne soit pas tenu. Mais d’après Pascal de Lima, si le FMI a pu rapidement apporter son soutien au texte amendé, c'est bien parce que l’exonération ne devrait pas changer grand-chose à la donne fiscale.

En revanche, selon Pascal de Lima, l’impact en terme d’image pour la zone euro est “très négatif”. Ce nouvel épisode de la valse-hésitation autour du plan de sauvetage de Chypre prouve “que la zone euro navigue à vue sur cette question sans avoir de plan clair”, note l'économiste. Un manque de fermeté qui risque de ne pas plaire du tout aux marchés financiers : “Ils risquent de se dire que si la zone euro peine à trouver la solution pour un petit pays comme Chypre qu’est-ce que ça va être s’il faut se pencher sur le cas de pays plus importants”, conclut-il.

Première publication : 19/03/2013

  • CHYPRE

    La zone euro ne souhaite plus taxer les petits épargnants chypriotes

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le sauvetage de Chypre ravive les craintes d'une contagion de la crise

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La Russie, principale victime collatérale du plan de sauvetage chypriote

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)