Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

États-Unis - Cuba, un rapprochement historique

En savoir plus

FRANCE

Compte en Suisse : le ministre du Budget Jérôme Cahuzac démissionne

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2013

Le ministre français du Budget Jérôme Cahuzac a démissionné mardi après l'ouverture d'une information judiciaire à son encontre pour "blanchiment de fraude fiscale". Il sera remplacé par Bernard Cazeneuve, actuel ministre des Affaires européennes.

François Hollande a décidé ce mardi de mettre "fin aux fonctions de Jérôme Cahuzac, à sa demande" et de le remplacer au Budget par Bernard Cazeneuve, actuel ministre des Affaires européennes, a annoncé l'Élysée.

La décision du chef de l'État est intervenue après que le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire visant Jérôme Cahuzac au sujet d'un possible compte en Suisse. Le ministre du Budget est en effet soupçonné par la justice de détenir illégalement un compte bancaire en Suisse. Une information explosive qui avait été révélée par Mediapart fin 2012.

Portrait de Jérôme Cahuzac

"Accusations calomnieuses", selon Cahuzac

L'ancien ministre qui a toujours clamé son innocence a dénoncé ce mardi des accusations calomnieuses, via un communiqué.

De son côté, le parquet de Paris a expliqué un peu plus tôt dans la journée son intention de creuser l'enquête. "Les investigations menées [depuis le 8 janvier] doivent désormais se poursuivre dans un cadre [...] plus approprié au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment [...] en Suisse […]", a explique le parquet dans un communiqué.

La justice pense avoir authentifiée la voix du ministre sur une bande audio datant de 2000 et dans laquelle Jérôme Cahuzac évoque un compte en Suisse. "Ça me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques", entend-on sur la bande.

Cahuzac "pas impressionné"

En comparant la voix de l’enregistrement à la voix de Jérôme Cahuzac, le parquet a constaté de fortes similitudes. "Le résultat de notre analyse renforce l'hypothèse que Jérôme Cahuzac est le locuteur inconnu", a déclaré le parquet.

Jérôme Cahuzac a toujours clamé son innocence. Lors de la révélation de l'affaire fin 2012, le ministre avait déclaré le 5 décembre devant les députés: "Je n'ai pas, je n'ai jamais eu de compte à l'étranger. Ni maintenant, ni avant".

Il avait également prévenu samedi 16 mars qu'il ne se laisserait "pas impressionner" par les "allégations" de Mediapart. "L’enquête se poursuit. Jérôme Cahuzac en attend sereinement l’issue et ne se laisse pas plus impressionner aujourd’hui qu’hier [...] par la présentation sous forme de prétendues informations de ce qui reste de simples allégations", avait déclaré son avocat Gilles August.

Selon Mediapart, ce compte chez UBS aurait été clôturé en 2010 et les avoirs auraient été transférés, via des montages financiers complexes, à Singapour.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 19/03/2013

  • FRANCE

    La Suisse sonne-t-elle le glas de l’affaire Cahuzac ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Cahuzac : ouverture d'une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cahuzac dément avoir disposé d'un compte en Suisse, Mediapart persiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)