Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

EUROPE

Messe inaugurale : le pape François prône "l'humilité" et la "tendresse"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/03/2013

Six jours après son élection, le pape François a célébré la messe inaugurale de son pontificat. Simples fidèles, dignitaires religieux ou personnalités politiques étaient présents, place Saint-Pierre à Rome, pour y assister.

Devant une trentaine de chefs d'État, le pape François a célébré la messe inaugurale de son pontificat, mardi 19 mars, place Saint-Pierre à Rome. Entre 150 000 à 200 000 fidèles, selon le Vatican, étaient également rassemblés sous un beau soleil pour assister à l'office.

L'ex-cardinal Jorge Mario Bergoglio a, d'abord, entamé la cérémonie en faisant un tour de la place Saint-Pierre debout dans sa voiture blanche, au milieu des fidèles. Signe des temps nouveaux de l’Église catholique, il n'était protégé par aucune vitre pare-balles.

La place était couverte de drapeaux de différents pays flottant au vent, de l'Argentine natale du pape à la Croatie en passant par le Brésil, l'Allemagne ou encore la Pologne et les étendards des nombreuses paroisses italiennes.

Un pontificat tourné vers "l'humilité"

Sur la place Saint-Pierre, la cérémonie était solennelle et simple. Le chef des quelque 1,2 milliard de catholiques a prononcé une homélie dans laquelle il a imposé son style. Le souverain pontif a notamment qualifié son rôle d'"humble et concret" et appelé à lutter contre les "signes de destruction" dans le "le respect de la créature et de l'environnement" tout en faisant preuve de "tendresse".

"Aujourd'hui il y a tant de traits de ciel gris ! Garder la création, tout homme et toute femme, c'est ouvrir l'horizon de l'espérance, une trouée de lumière au milieu de tant de nuages",  a lancé le pape François, suscitant les applaudissements de la foule.

À l'issue de la messe,  le 266e pape de l'Histoire a reçu le pallium - une bande d'étoffe se portant sur la chasuble - et l'anneau du pêcheur, symboles du pouvoir pontifical.

Joe Biden et Robert Mugabe

Dans la foule, plus de 130 délégations étrangères, six souverains, des chefs d'État et de gouvernement, ainsi que des dignitaires religieux venus du monde entier étaient présents. Le roi des Belges, le prince de Monaco ou encore le primat de l'Église orthodoxe de Constantinople, Bartholomée 1er, avaient fait le déplacement. C'est la première fois que le chef de l'Église orthodoxe assiste à la messe inaugurale d'un pontife romain depuis le grand schisme d'Orient de 1054. Des représentants des communautés juives et musulmanes ont également répondu présents.

Côté représentants politiques, le vice-président américain Joe Biden et le président zimbabwéen Robert Mugabe, qui fait l'objet d'une interdiction de territoire européen depuis 2002, sont venus.

La France était représentée par son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. En Europe, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy se sont rendus en personne à la messe inaugurale pour représenter leur pays respectif.

Une cérémonie sous haute sécurité

Un important dispositif de sécurité avait été mis en place. Tireurs d'élite sur les toits, hélicoptères, vedettes fluviales sur le Tibre, interdiction de survol de la capitale italienne : les autorités n'ont rien laissé au hasard. Rome a été paralysée pendant la plus grande partie de la journée.

Benoît XVI, qui a désormais promis de vivre "caché aux yeux du monde" et comme un "simple pèlerin", n'a pas assisté à la messe. Son successeur lui rendra toutefois visite samedi 23 mars à Castel Gandolfo, la résidence d'été des papes où il s'est retiré.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 19/03/2013

  • RELIGION

    Le pape François acclamé par 150 000 fidèles pour son premier angélus

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le pape François souhaite "une Église pauvre, pour les pauvres"

    En savoir plus

  • VATICAN

    "Si je m’engage, c’est parce que Dieu m’y appelle"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)