Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

FRANCE

Spanghero à nouveau empêtré dans un scandale alimentaire

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/03/2013

Après le scandale de la viande de cheval, l'entreprise Spanghero est à nouveau au cœur d'un scandale de fraude sanitaire concernant de la viande de mouton britannique. Selon les autorités, la société semble avoir été trompée par son fournisseur.

L’entreprise française Spanghero fait face à une nouvelle polémique. Après le scandale de la viande de cheval vendue comme viande de bœuf dans des plats cuisinés, la société audoise se retrouve au centre d’une nouvelle affaire de fraude touchant à la consommation et à la santé publique.

Environ 57 tonnes de viande de mouton britannique, interdite à la vente dans l'Union européenne, ont été découvertes dans les locaux de la société à Castelnaudary. À la différence de la viande de cheval, les autorités françaises laissent entendre que, cette fois, c'est Spanghero qui pourrait bien avoir été trompée.

"La viande de mouton découverte a été livrée par la société néerlandaise Draap Trading [entreprise qui lui avait déjà livré la viande de cheval, ndlr]", a appris l’AFP auprès du ministère de l’Agriculture. La viande livrée indiquait bien "viande dénervée d’agneau" sur sa marchandise. Mais cette mention masquait le fait que la viande avait été en réalité découpée au moyen d'une technique strictement interdite dans l'Union européenne, consistant à racler l’os.

Spanghero trompée par son fournisseur ?

Depuis 2001 et le scandale de la "vache folle", il est interdit, par mesure de précaution, de "racler les os" des viandes car des éclats de moelle porteurs d'éventuelles infections peuvent se retrouver dans la viande.

Cité par RTL, le président de Spanghero, Barthélémy Aguerre, a estimé que sa société "n’y était pour rien" et avait été "une nouvelle fois trompée par son fournisseur". "Spanghero a (...) commandé à son fournisseur du ‘haché d’agneau’", écrit l’entreprise dans un communiqué. Spanghero croyait avoir donc reçu de la viande "présumée conforme à sa commande" et découpée selon le respect de la réglementation en vigueur.

L'information a de nouveau frappé de plein fouet le personnel de l’entreprise qui, déjà durement éprouvé par le scandale de la viande de cheval, a appris la nouvelle par la radio, ce mardi.

La viande sera détruite

Les services vétérinaires et la répression des fraudes ont découvert la viande lors des inspections menées chez Spanghero en février, quand l'entreprise s'était retrouvée au cœur du scandale de la viande de cheval. À leur demande, elle a été consignée dans un entrepôt frigorifique depuis le 20 février en attendant d'être détruite.

Par précaution, les autorités ont ordonné le rappel de tous les produits susceptibles d'avoir été fabriqués à partir de cette viande, a indiqué à l'AFP le ministre délégué à l'agroalimentaire Guillaume Garot. Tous les éléments recueillis ont été transmis à la justice.

Spanghero a, en effet, été accusée ouvertement par le gouvernement d'avoir joué un rôle capital dans cette affaire, qui a jeté une lumière défavorable sur l'industrie agroalimentaire et ses circuits d'approvisionnement. Spanghero, entreprise de 300 salariés rachetée à la fameuse famille de joueurs de rugby par la coopérative basque Lur Berri, se défend de toute tromperie.

Avec dépêches

Première publication : 19/03/2013

  • AGROALIMENTAIRE

    Du porc décelé dans des produits halal en Norvège et en Grande-Bretagne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Scandale de la viande de cheval : Spanghero demande une procédure de sauvegarde

    En savoir plus

  • SALON DE L'AGRICULTURE

    Vendre localement, l'antidote au scandale de la viande de cheval

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)