Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

Dernière mise à jour le 14/11/2013

Dix ans après l'invasion de l'Irak

Le 20 mars 2003, George W. Bush lance 500 chars et 170 000 hommes à la conquête de l’Irak. L’opération "Shock and Awe" ("choc et effroi") ne rencontre guère de résistance. Le 9 avril 2003, l’armée américaine conquiert Bagdad et le régime baasiste qui gouvernait l’Irak depuis 1968 tombe. Saddam Hussein est capturé le 13 décembre 2003. Dès le mois de mai 2003, les États-Unis mettent en place une administration provisoire et entreprennent la "débaasification" de l’Irak.

Aller plus loin
Bagdad : une cinquantaine de morts dans une série d'attentats anti-chiites

En savoir plus

Les États-Unis accusés d’avoir couvert des actes de torture en Irak

En savoir plus

Kurdistan irakien : le revers du boum économique

En savoir plus

COMMENTAIRE(S)