Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Valls prêt à lâcher du lest

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gilberto Rodrigues Léal : le MUJAO annonce la mort du français enlevé au Mali

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové et Guy Verhofstadt, candidats à la présidence de la Commission européenne

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Elio Di Rupo, Premier ministre belge

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : les coulisses d'une libération

En savoir plus

FOCUS

Dans la ville natale de Jean Paul II, la "papamania" est au beau fixe

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • Ligue des champions : à Madrid, Chelsea neutralise l'Atlético

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l’incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

  • Ryan Giggs joue les entraîneurs pour Manchester United

    En savoir plus

  • Washington lie la Russie aux séparatistes ukrainiens, photos à l’appui

    En savoir plus

Moyen-orient

Un Frère musulman venu d'Amérique pour diriger l'opposition syrienne

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Marie MICHELET

Dernière modification : 19/03/2013

L'islamiste Ghassan Hitto a été élu Premier ministre, lundi à Istanbul, par la Coalition nationale syrienne. Cet ex-cadre dans les télécommunications, qui a longtemps vécu aux États-Unis, aura la tâche de fédérer la rébellion syrienne. Éclairage.

Il y a encore quelques mois, il était cadre supérieur dans une compagnie de télécommunications au Texas (États-Unis). Mais depuis lundi 18 mars, il est le représentant politique de l’opposition syrienne. Au terme de 14 heures de consultations, les quelque 70 membres de la Coalition nationale syrienne réunis à Istanbul ont en effet élu Ghassan Hitto au poste de Premier ministre intérimaire des territoires syriens aux mains de la rébellion.

Né à Damas en 1964, Ghassan Hitto, titulaire d’un master d’informatique de l'Université Purdue d'Indiana, vit aux États-Unis depuis plus de 25 ans. Dès le début du soulèvement en Syrie en 2011, ce sunnite d’origine kurde et proche des Frères musulmans met sur pied la Shaam Relief Foundation pour lever des fonds, et organise des évènements à travers les États-Unis pour mobiliser l’opinion publique américaine autour du sort des enfants de Syrie. En novembre 2012, alors que la rébellion se renforce face au régime en Syrie, il quitte son emploi pour se consacrer entièrement à la lutte contre le régime de Bachar al-Assad. Rejoignant alors la Coalition nationale syrienne, dominée par le parti des Frères musulmans, il prend la tête de la branche chargée de l’assistance humanitaire, basée en Turquie, et presse la communauté internationale d’agir davantage sur le plan humanitaire.

Il n’est d’ailleurs pas le seul de sa famille à tout quitter pour voler au secours de sa terre natale : son fils Obaida, l'aîné de ses quatre enfants, a décidé l’an dernier de rejoindre les rebelles syriens. Ancien joueur de football américain, Obaida apporte à la rébellion une assistance en matière de communication.

"Le candidat des Frères"

Pour Fabrice Balanche, chercheur spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de recherches et d’études sur la méditerranée et le Moyen-Orient, Hitto est "le candidat des Frères musulmans". Il présente un "double avantage" selon le spécialiste : "c’est un Frère donc il plaît à la Turquie et au Qatar, et c’est un Américain, ce qui lui assure l’approbation des États-Unis".

Sous ces dehors modernes, Ghassan Hitto serait ainsi "au mieux ultra-conservateur". Il a en effet dirigé la Brighter Horizons Academy, une école islamiste au Texas. "On ne devient pas directeur d’un tel établissement par hasard", observe Fabrice Balanche. Dans ses discours, l’homme à la moustache grise, souvent vêtu de manière décontractée, n’hésite pas à faire référence à Dieu. Une tonalité à laquelle les Américains sont eux-mêmes familiers. "Dieu nous aime et prendra soin de nous (...) Il apportera les secours, Il prendra soin du peuple de Syrie, Il nourrira et défendra le peuple syrien. Lui seul peut le faire mais nous devons agir aujourd'hui", déclarait-il ainsi l’an dernier lors d’une réunion qu’il avait organisée au Texas au profit de la Syrie.

Néanmoins, le fait d'avoir vécu une grande partie de sa vie aux États-Unis rassure les Occidentaux. De surcroît, selon Fabrice Balanche, ces derniers, et notamment les Américains, sont enclins à miser sur les Frères musulmans pour ce qui est de l’opposition syrienne, "car c’est le parti d’opposition le mieux organisé et donc le plus à même de présenter une alternative au régime en place. Et avec l’élection de Ghassan Hitto, les Frères musulmans syriens assoient encore plus leur influence sur l’opposition syrienne".

Une alternative au régime en place ?

Car c’est bien ce que souhaite la communauté internationale : constituer un gouvernement provisoire, qui, basé en zone dite libérée en Syrie, centraliserait l’aide aux rebelles. Mais la tâche pourrait s’avérer des plus ardues, quand on connaît la diversité qui caractérise les rebelles armés en Syrie. "Les forces rebelles armées sont composées de différentes factions, certaines frèristes [affiliées aux Frères musulmans], d’autres salafistes. Toutes ne prêtent pas allégeance aux mêmes personnes, et ne reçoivent pas de financement des mêmes sources", explique Fabrice Balanche. Il précise notamment que le Qatar soutient financièrement les Frères musulmans, tandis que l’Arabie saoudite finance les salafistes, qui constitueraient plusieurs dizaines de milliers de combattants.

"Les salafistes vont-ils accepter de se voir imposer un gouvernement dominé par les Frères ?", s’interroge le chercheur. Rien n’est moins sûr, tant l’unification des forces rebelles armées semble difficile.
 

Première publication : 19/03/2013

  • SYRIE

    Bombardement syrien à la frontière libanaise

    En savoir plus

  • SYRIE

    La CIA envisage d'utiliser des drones pour liquider des islamistes syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Embargo sur les armes en Syrie : l'UE en quête d'une "position commune"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)