Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tu es un journal et tu dois savoir rester à ta place"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aux grandes femmes la patrie reconnaissante"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

FRANCE

Affaire Tapie : perquisition au domicile parisien de Christine Lagarde

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2013

Le domicile parisien de la directrice générale du FMI a été perquisitionné dans le cadre de l'affaire Tapie. L'ex-ministre de l'Économie est sous le coup d'une procédure pour "complicité de détournement de fonds publics et de faux".

Des perquisitions sont menées mercredi au domicile parisien de la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde dans l'affaire Tapie, a-t-on appris auprès de son avocat.

Interrogé par Reuters sur la tenue de perquisitions au domicile parisien de sa cliente, Me Yves Repiquet a répondu : "c'est exact."

"Ces perquisitions servent à la manifestation de la vérité, cela contribuera à l'exonération de toute responsabilité pénale de ma cliente", a-t-il ajouté.

Une procédure visant Christine Lagarde est ouverte depuis l'été 2011 à la Cour de justice de la République pour "complicité de détournement de fonds publics et de faux".

En 2007, alors ministre de l'Economie, elle a choisi de solder par un arbitrage privé un litige judiciaire concernant la revente en 1993, par le Crédit lyonnais, d'Adidas, contrôlé par Bernard Tapie.

L'actuelle directrice du FMI a démenti toute malversation et a exclu de démissionner.

Les domiciles de son directeur de cabinet de l'époque, Stéphane Richard, actuel PDG de France Telecom, et de Bernard Tapie ont également été perquisitionnés fin janvier par la brigade financière.

REUTERS

Première publication : 20/03/2013

  • FRANCE

    Affaire Tapie : la CJR estime que Lagarde s'est impliquée "personnellement"

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Bernard Tapie, le nouveau "Citizen Kane" de la Côte d'Azur

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Tapie : la CJR ouvre une enquête sur Christine Lagarde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)