Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

Les rebelles centrafricains du Séléka annoncent reprendre les armes

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2013

Les rebelles du Séléka annoncent reprendre les armes après l'expiration de l'ultimatum posé au président François Bozizé. Ils estiment que les accords de paix de Libreville, signés le 11 janvier, ne sont pas respectés.

Les rebelles du Séléka avaient donné 72 heures au président Bozizé pour "libérer tous les prisonniers politiques, faire partir les forces étrangères et faire lever des barrages [policiers et de partisans du président] à Bangui". L'ultimatum a expiré mercredi 20 mars. "L'ultimatum est terminé. Nous allons retourner aux armes", a affirmé à l'AFP le colonel Djouma Narkoyo, un des chefs militaires rebelles, précisant toutefois que "cela ne veut pas dire que nous allons attaquer maintenant ici ou là. On est sur [on étudie] la stratégie".

Le Séléka avait pris les armes le 10 décembre pour exiger l'application d'accords de paix précédents et notamment l'intégration dans l'armée d'anciens combattants. Les rebelles ont finalement signé le 11 janvier les accords de Libreville qui ont abouti à l'entrée de ministres issus de leurs rangs dans un gouvernement d'union nationale dirigé par un Premier ministre venu de l'opposition, Nicolas Tiangaye.

L'accord prévoyait aussi la libération de tous les prisonniers de part et d'autre et le départ de la Centrafrique des forces étrangères, notamment sud-africaines, appelées à la rescousse par le président Bozizé.

"Nous demandons à la France de mettre la pression sur Bozizé"

Mais une partie des rebelles sont mécontents de la manière dont sont appliqués ces accords et, depuis le 17 mars, des éléments du Séléka retiennent cinq ministres issus de la rébellion à Sibut, à 160 kilomètres au nord de Bangui.

La France, qui avait envoyé des soldats à Bangui pendant la crise, a demandé à toutes "les parties de s'abstenir de tout recours à l'option militaire, qui n'aurait pour effet que de dégrader encore la situation sécuritaire et humanitaire".

Mais le colonel Narkoyo a répondu qu'il revenait au gouvernement de respecter les accords de paix. "Nous, on respecte les accords de Libreville. Nous demandons à la France de mettre la pression sur Bozizé et pas sur nous. C'est Bozizé qui peut amener la paix mais il amène la guerre". "On a encore eu des informations selon lesquelles les Forces armées centrafricaines (Faca) avaient arrêté des gens à Bangui", a-t-il ajouté.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 20/03/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Hollande : "La France n'interviendra pas dans les affaires de la Centrafrique"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Le gouvernement et les rebelles centrafricains signent un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Les Jeunes Patriotes Centrafricains", des défenseurs controversés

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)