Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

Afrique

Les rebelles centrafricains du Séléka annoncent reprendre les armes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2013

Les rebelles du Séléka annoncent reprendre les armes après l'expiration de l'ultimatum posé au président François Bozizé. Ils estiment que les accords de paix de Libreville, signés le 11 janvier, ne sont pas respectés.

Les rebelles du Séléka avaient donné 72 heures au président Bozizé pour "libérer tous les prisonniers politiques, faire partir les forces étrangères et faire lever des barrages [policiers et de partisans du président] à Bangui". L'ultimatum a expiré mercredi 20 mars. "L'ultimatum est terminé. Nous allons retourner aux armes", a affirmé à l'AFP le colonel Djouma Narkoyo, un des chefs militaires rebelles, précisant toutefois que "cela ne veut pas dire que nous allons attaquer maintenant ici ou là. On est sur [on étudie] la stratégie".

Le Séléka avait pris les armes le 10 décembre pour exiger l'application d'accords de paix précédents et notamment l'intégration dans l'armée d'anciens combattants. Les rebelles ont finalement signé le 11 janvier les accords de Libreville qui ont abouti à l'entrée de ministres issus de leurs rangs dans un gouvernement d'union nationale dirigé par un Premier ministre venu de l'opposition, Nicolas Tiangaye.

L'accord prévoyait aussi la libération de tous les prisonniers de part et d'autre et le départ de la Centrafrique des forces étrangères, notamment sud-africaines, appelées à la rescousse par le président Bozizé.

"Nous demandons à la France de mettre la pression sur Bozizé"

Mais une partie des rebelles sont mécontents de la manière dont sont appliqués ces accords et, depuis le 17 mars, des éléments du Séléka retiennent cinq ministres issus de la rébellion à Sibut, à 160 kilomètres au nord de Bangui.

La France, qui avait envoyé des soldats à Bangui pendant la crise, a demandé à toutes "les parties de s'abstenir de tout recours à l'option militaire, qui n'aurait pour effet que de dégrader encore la situation sécuritaire et humanitaire".

Mais le colonel Narkoyo a répondu qu'il revenait au gouvernement de respecter les accords de paix. "Nous, on respecte les accords de Libreville. Nous demandons à la France de mettre la pression sur Bozizé et pas sur nous. C'est Bozizé qui peut amener la paix mais il amène la guerre". "On a encore eu des informations selon lesquelles les Forces armées centrafricaines (Faca) avaient arrêté des gens à Bangui", a-t-il ajouté.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 20/03/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Hollande : "La France n'interviendra pas dans les affaires de la Centrafrique"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Le gouvernement et les rebelles centrafricains signent un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Les Jeunes Patriotes Centrafricains", des défenseurs controversés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)