Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

"Je sais où je vais" : en pleine tempête Cahuzac, Ayrault veut garder le cap

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 20/03/2013

Le Premier ministre français Jean-marc Ayrault a dû défendre mercredi l'action de son gouvernement face à la motion de défiance déposée par l'UMP. Un exercice difficile au lendemain de la démission du ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

Elle n’avait aucune chance d’aboutir mais elle ne pouvait pas plus mal tomber. La motion de censure de l’UMP dénonçant la politique économique du gouvernement et rejetée ce mercredi à l’Assemblée nationale intervient au pire moment pour l’exécutif français.

Il faut dire que depuis quelques semaines, le gouvernement encaisse les mauvaises nouvelles à tour de rôle. Après la publication des nouveaux chiffres catastrophiques du chômage au mois de février, l’annonce de la désastreuse cote de popularité du président de la République qui atteint péniblement les 35 %, le gouvernement socialiste de Jean-Marc Ayrault a dû également digérer la démission, mardi 19 mars, du ministre du Budget Jérôme Cahuzac, un des piliers de l’exécutif, empêtré dans une affaire de "blanchiment de fraude fiscale".

C’est donc dans ce contexte délétère que Jean-Marc Ayrault - lui-même critiqué pour son manque de charisme et d’autorité – a  défendu son action gouvernementale dans l’hémicycle. Une véritable gageure pour un homme politique peu à l’aise dans l’exercice du grand oral, qui a dû affronter les huées de l’oppostion et se contenter du timide soutien de son propre camp…

"Je sais où je vais"

"Je sais où je vais. Je sais comment y parvenir. Je sais ce que la France doit être à la fin de ce quinquennat", a-t-il lancé à la tribune de l'Assemblée nationale avant d’énumérer les objectifs de son gouvernement : davantage de dialogue social, de sécurité pour le travail, d’égalité des droits. Moins de chômage et de précarité. "J’appelle à un compromis historique avec tous les Français pour vaincre le chômage", a-t-il ajouté. Seule annonce du Premier ministre : la proposition de loi sur les cumuls des mandats qui sera déposée avant l’été.

Avant lui, Jean-François Copé, le président de l’UMP - toujours très offensif - n’a pas manqué de revenir sur la fébrilité actuelle du gouvernement en accusant le Premier ministre socialiste de "marcher avec détermination vers l'abîme". Clamant qu'il fallait changer de politique "maintenant" dans une allusion au slogan du candidat Hollande, Jean-François Copé a également appelé Jean-Marc Ayrault à s'inspirer d'autres figures de gauche, comme l'Allemand Gerhard Schroeder ou encore les Français Pierre Mendès France et Georges Clemenceau.

Le "teapartisme" de Copé

Pour toute réponse, le chef du gouvernement a dénoncé les dérives idéologiques de son adversaire politique, fustigeant sa tentation de "teapartysme" [référence au "Tea party", l’aile dure de la droite américaine, ndlr]. "Je récuse (…) cette combinaison du libéralisme économique et d'une droite autoritaire et ultraconservatrice, qui conduit à amputer la République de ses valeurs d'égalité et de fraternité", a-t-il lancé.

Reste désormais à savoir si ce discours fleuve de Jean-marc Ayrault aura réussi à resserrer les rangs socialistes - quelque peu désunis - et qui attendaient surtout le "discours d’un chef, qui sait où il va", selon l’expression du député PS de l'Essonne Thierry Mandon. Car si cette motion de censure a été l'occasion pour l’UMP de se mettre en valeur, elle n’en reste pas moins une opportunité pour le camp PS de se ressouder.

Avec dépêches

Première publication : 20/03/2013

  • FRANCE

    Revue de presse : "l'inéluctable" démission de Jérôme Cahuzac

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-Marc Ayrault demande 5 milliards d'euros "d'économies nouvelles" aux ministères

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le gouvernement Ayrault face à sa première grève de fonctionnaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)