Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Asie - pacifique

Corée du Sud : des chaînes de télévision et des banques victimes d'une cyberattaque

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2013

Les réseaux informatiques de trois chaînes de télévision et de deux banques sud-coréennes ont été totalement paralysés au cours d'une cyberattaque. Une enquête de police a été ouverte.

La police sud-coréenne a ouvert une enquête mercredi au sujet d'une vaste cyberattaque présumée visant des chaînes de télévision et des banques dont les réseaux informatiques étaient paralysés, dans un contexte de vives tensions avec la Corée du Nord.

"Des membres de notre équipe cybernétique enquêtent à ce sujet en ce moment", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police nationale.

Trois chaînes de télévision (KBS, MBC et YTN), ainsi que les banques Shinhan et Nonghyu, sont visées, selon l'agence de presse Yonhap.

Le régime nord-coréen, dont les menaces vont croissant depuis les nouvelles sanctions votées à son encontre par le Conseil de sécurité des Nations unies, est soupçonné d'avoir orchestré deux cyberattaques d'envergure aux dépens de la Corée du Sud en 2009 et 2011.

A chaque fois, des administrations publiques et des institutions financières ont été ciblées, leurs réseaux mis provisoirement hors d'état. Dans le cas d'une banque, des millions de clients ont été incapables d'utiliser leurs cartes bancaires ou de retirer des espèces aux distributeurs automatiques pendant une semaine.

Pyongyang accuse également Séoul et Washington de telles attaques. La semaine dernière, le régime a dénoncé des cyberattaques "prolongées et intensives" contre plusieurs sites officiels, dont ceux de l'agence de presse Korean Central News Agency (KCNA) et de la compagnie Air Koryo.

Des sources au sein du renseignement sud-coréen citées par la presse estiment à 3.000 le nombre d'informaticiens nord-coréens mobilisés pour la guerre cybernétique.

La Corée du Sud a institué un mécanisme de mise en alerte de ses défenses numériques pour prévenir les agressions nord-coréennes, et adopté une échelle de risque baptisée Infocon.

Avec l'accentuation des tensions sur la péninsule coréenne consécutive au troisième essai nucléaire nord-coréen le 12 février, le niveau Infocon a été relevé de 5 à 4.

Selon le gouvernement, la Corée du Sud a subi 40.000 cyberattaques de l'extérieur ou de l'intérieur en 2012, contre 24.000 en 2008.

"La Corée du Sud est une superpuissance informatique avec une excellente infrastructure, mais elle reste relativement vulnérable au piratage", soulignait récemment dans un entretien à l'AFP Park Soon-Tai, responsable des opérations antihacking à l'Agence sud-coréenne de sécurité internet, un organisme d'Etat.



AFP

Première publication : 20/03/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama accuse officiellement Pékin de soutenir des cyberattaques

    En savoir plus

  • INTERNET

    La cybersécurité défie la crise

    En savoir plus

  • INTERNET

    Red October, le réseau de cyber-espionnage "le plus sophistiqué" jamais mis au jour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)