Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy mis en examen pour abus de faiblesse

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/03/2013

L'ex-président a été mis en examen pour abus de faiblesse, jeudi, dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Durant son audition qui a duré plusieurs heures au palais de justice de Bordeaux, il a notamment été confronté au majordome de l'héritière.

C’est le deuxième président de la Ve République à être mis en examen à l’issue de son mandat. Après Jacques Chirac en 2009 dans le cadre des emplois fictifs, c’est Nicolas Sarkozy qui est, cette fois, mis en cause.

L’ex-président fait l’objet d’une mise en examen pour abus de faiblesse dans le dossier Liliane Bettencourt. Les auditions, qui ont duré plusieurs heures jeudi 21 mars au palais de justice de Bordeaux, devaient déterminer si Nicolas Sarkozy s’est rendu, pendant sa campagne présidentielle en 2007, au domicile de l’héritière et s’il a eu des contacts avec elle à cette occasion. L'abus de faiblesse est passible de trois ans de prison, 37 5000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité.

L’avocat de l’ex-président, Me Thierry Herzog, qui a fait part de son intention de "former immédiatement un recours", a dénoncé une "décision incohérente et injuste".

Nicolas Sarkozy a toujours affirmé s'être rendu au domicile des Bettencourt une seule fois pendant la période incriminée, afin de rencontrer brièvement André Bettencourt, le mari de l'héritière de l'Oréal, décédé en novembre 2007. Après avoir reçu de sa part une lettre de félicitations pour son élection à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy voulait, selon ses dires, simplement remercier l’ancien ministre. "Cette lettre est très illustrative des rapports que j'avais avec André Bettencourt... Il était logique que je passe le remercier [...]. Je n'y suis allé qu'une fois", avait-il alors déclaré.

La mise en examen a été décidée par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil à l’issue d'une confrontation à laquelle ont participé au moins quatre membres du personnel de Liliane Bettencourt, selon des sources concordantes. Parmi eux, l'ex-majordome des Bettencourt, Pascal Bonnefoy, dont l'arrivée au palais de justice, à la mi-journée, a été rapportée par un témoin. Mais personne n'a vu entrer l'ancien président ou d'autres membres du personnel.

"Éliminer le seul candidat pouvant battre François Hollande en 2017" 

À droite, les réactions n’ont pas tardé. "La seule chance de François Hollande en 2017, c'est d'éliminer par tous les moyens la possibilité d'une candidature du seul adversaire qui peut le battre", a immédiatement lancé Lionnel Luca, député UMP, via son compte Twitter. 

Toujours sur le site de micro-blogging, la présidente du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, s’est elle aussi exprimée : "Coup de tonnerre : mise en examen de NicolasSarkozy. Est-ce que cela va régler les problèmes des Français ? Non ! Nous devenons fous !" 

C'est un véritable coup de tonnerre pour Nicolas Sarkozy, qui est un justificiable comme les autres depuis la fin de son mandat présidentiel, le 16 juin 2012. La question est de savoir si l'ancien chef de l'État a menti aux juges en disant qu'il ne s'était pas rendu chez Liliane Bettencourt.

Roselyne Febvre, chroniqueuse politique pour FRANCE 24

Dans un communiqué, Christian Estrosi, maire UMP de Nice, a dénoncé pour sa part des "méthodes au relent politique évident". "Chacun remarquera que cette décision intervient 48 heures après la mise en cause d'un ministre socialiste [Jérôme Cahuzac, ministre démissionaire du Budget, NDLR] sans doute pour faire compensation", ajoute le député, membre de l'association des amis de Nicolas Sarkozy. 

La députée UMP Valérie Debord a également réagi sur l’antenne de BFMTV : "C'est un élément de la procédure [...]. Il faut raison garder, je pense que Me Herzog va démonter une forme d'acharnement contre Nicolas Sarkozy [...]. Un certain nombre de personnes voudraient voir Nicolas Sarkozy à terre. Il va se défendre. [...] Par principe, je fais confiance à la justice de mon pays [...]. Je fais confiance à Nicolas Sarkozy, je sais qu'il a une parole et que s'il dit quelque chose, il n'y a pas de raison qu'il ait menti".

Sur l’antenne de FRANCE24, Noël Mammère (Europe Écologie-Les Verts) estime de son côté que cette mise en examen "aurait dû intervenir beaucoup plus tôt vu le faisceau de preuves qui pèse sur Nicolas Sarkozy et un certain nombre de ses amis". Et le député de Gironde d’ajouter : "Il est en fait rattrapé par la justice qui n’a pas pu faire son travail durant les cinq années où il était président".

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 21/03/2013

  • FRANCE

    Affaire Bettencourt : Sarkozy chez le juge face au majordome de la milliardaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    La justice ordonne le placement sous tutelle de Liliane Bettencourt

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Perquisitions au bureau et au domicile de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)