Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

EUROPE

Les dirigeants chypriotes jettent les bases d'un nouveau plan de sauvetage

© AFP

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2013

Les dirigeants chypriotes ont annoncé la création d'un fonds d'investissement en remplacement du plan de sauvetage européen rejeté par le Parlement. L'idée d'une taxe sur les dépôts bancaires, un temps pressentie, a été rejetée.

Les dirigeants chypriotes ont fait savoir, jeudi 21 mars,  qu'is s'opposaient à l'instauration une taxe sur les dépôts bancaires qu'ils jugent impopulaire. "Le sujet de la taxe n'était pas sur la table", a déclaré le président du Parlement, Yiannakis Omirou, à l'issue d'une réunion visant à examiner les moyens de lever 5,8 milliards d'euros dans le cadre du plan de sauvetage de l'île.

Les participants de ce conclave, auquel participait le chef de l'État Nicos Anastasiades, ont opté pour la création d'un fonds d'investissement. "À la suite d'une proposition du président de la République, un consensus a été atteint et une décision unanime prise pour créer un fonds d'investissement de solidarité. La proposition est actuellement examinée sur le plan technique et légal par les services juridiques de la République", a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Cette réunion faisait suite au refus, mardi, du Parlement d'entériner la taxation des dépôts proposée par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre d'un plan de sauvetage de l'île. Un prêt de 10 milliards d’euros destiné à redresser l’économie chypriote est en jeu dans ces négociations.

Mardi 19 mars, aucun des 56 députés de l’île n'a voté en faveur du plan de Bruxelles, qui prévoyait que Chypre lève 5,8 milliards d'euros en ponctionnant les dépôts dans les banques chypriotes à hauteur de 6,75 % en dessous de 100 000 euros et de 9,9 % au-delà. À la suite de ce rejet, les bailleurs de fonds européens se sont dits prêts à examiner un plan de sauvetage remodelé.

Les banques fermées jusqu’à mardi

Dans le même temps, le ministre chypriote des Finances, Michalis Sarris, est lui en Russie pour essayer d'obtenir une extension du crédit de 2,5 milliards d'euros accordé par Moscou à Nicosie en 2011 et qui arrive à terme en 2016. Selon une source gouvernementale russe, aucun accord n’a été conclu pour le moment.

Fermées depuis le week-end dernier, les banques de l’île ne rouvriront pas avant mardi prochain, lundi étant un jour férié à Chypre, a déclaré un responsable du gouvernement. S'il est encore possible de retirer de l'argent aux guichets, tous les virements sont bloqués. La Bourse de Nicosie sera également fermée jeudi et vendredi.

Selon la radio publique, les autorités chypriotes envisagent une loi restreignant les sorties en liquide du pays une fois les banques rouvertes et scindant les établissements en deux catégories : les bonnes et les mauvaises banques.

Avec dépêches

 

Première publication : 21/03/2013

  • DIPLOMATIE

    La Russie tend la main à Chypre pour mieux profiter de ses réserves de gaz

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Rejet de la taxe bancaire : "Les Chypriotes ont tenu tête à Merkel"

    En savoir plus

  • CHYPRE

    Le Parlement chypriote rejette la taxe controversée sur les comptes bancaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)