Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

FRANCE

La détention provisoire du frère de Mohamed Merah prolongée

© AFP

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

La justice a décidé de prolonger de six mois la détention provisoire du grand frère du "tueur au scooter". Abdelkader Merah est emprisonné depuis un an pour complicité présumée dans les assassinats commis par son frère en 2012.

Six mois d’incarcération supplémentaires. Près d’un an après son arrestation, le maintien en détention provisoire d’Abdelkader Merah a été validé par le juge des libertés et de la détention (JLD), jeudi 21 mars, à Paris. La raison : son refus de révéler l’identité du troisième homme de l’affaire, un complice présumé des actes de Mohammed Merah dont l’implication n’a pu être démontrée par l’enquête jusqu’à présent.

Selon Me Tiffany Dhuiege, une des avocates du frères du "tueur au scooter", le juge a toutefois évoqué la possibilité de placer Abdelkader Merah sous bracelet électronique "dans un futur proche".

Le parquet de Paris avait insisté pour qu’Abdelkader Merah reste sous les verrous, citant un faisceau d’indices le rattachant aux assassinats terroristes commis par son frère. Le dossier de justice reste cependant fragile, les enquêteurs peinant à percer l’organisation logistique du "tueur au scooter" et ses complicités éventuelles.

Abdelkader Merah a toujours nié toute implication dans les attaques qui ont entraîné la mort de trois militaires et de quatre personnes, dont trois enfants, à, l’école juive Ozar Hatorah à Toulouse.

Connu comme un membre de la mouvance islamiste toulousaine, celui-ci peut s’appuyer sur les échanges de Mohamed Merah avec les hommes du RAID pendant les 32 heures de siège qui avait suivi l’assaut de la police. Le tueur avait alors soutenu avoir commis ses crimes tout seul, sans aide logistique extérieure.

"Réconciliation suspecte"

Interrogé par les juges antiterroristes le mois dernier, Abdelkader Merah s’était dit convaincu que les enquêteurs ne disposent d’aucune preuve contre lui.

"Si je ne m’étais pas réconcilié avec mon frère, je serais automatiquement libre", affirmait-il ainsi devant le juge Christophe Tessier, au terme d’un après-midi d’interrogatoire.

Brouillés de longue date, les deux frères avaient renoué le contact seulement trois semaines avant le premier assassinat. Cette réconciliation surprise et le calendrier des rencontres présumées entre Mohamed et Abdelkader, à quelques heures de chacun des meurtres, aiguisent les soupçons de complicité à l’encontre du frère aîné.

Mais face aux réfutations du principal intéressé, l’élément le plus solide dont disposent les enquêteurs reste la présence attestée d’Abdelkader Merah lors du vol d’un scooter T-Max, le 6 mars 2012, par son petit frère.

Cinq jours plus tard, le "tueur au scooter" abattait d’une balle en pleine tête un parachutiste de 30 ans à Toulouse, le premier d’une série de sept assassinats.
 

Première publication : 21/03/2013

  • FRANCE

    Un an après, Hollande promet de lever les zones d'ombre de l'affaire Merah

    En savoir plus

  • FRANCE

    La mère de Mohamed Merah confie n'avoir "rien compris" à la folie de son fils

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Merah : deux suspects toujours en garde à vue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)