Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

FRANCE

La détention provisoire du frère de Mohamed Merah prolongée

© AFP

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

La justice a décidé de prolonger de six mois la détention provisoire du grand frère du "tueur au scooter". Abdelkader Merah est emprisonné depuis un an pour complicité présumée dans les assassinats commis par son frère en 2012.

Six mois d’incarcération supplémentaires. Près d’un an après son arrestation, le maintien en détention provisoire d’Abdelkader Merah a été validé par le juge des libertés et de la détention (JLD), jeudi 21 mars, à Paris. La raison : son refus de révéler l’identité du troisième homme de l’affaire, un complice présumé des actes de Mohammed Merah dont l’implication n’a pu être démontrée par l’enquête jusqu’à présent.

Selon Me Tiffany Dhuiege, une des avocates du frères du "tueur au scooter", le juge a toutefois évoqué la possibilité de placer Abdelkader Merah sous bracelet électronique "dans un futur proche".

Le parquet de Paris avait insisté pour qu’Abdelkader Merah reste sous les verrous, citant un faisceau d’indices le rattachant aux assassinats terroristes commis par son frère. Le dossier de justice reste cependant fragile, les enquêteurs peinant à percer l’organisation logistique du "tueur au scooter" et ses complicités éventuelles.

Abdelkader Merah a toujours nié toute implication dans les attaques qui ont entraîné la mort de trois militaires et de quatre personnes, dont trois enfants, à, l’école juive Ozar Hatorah à Toulouse.

Connu comme un membre de la mouvance islamiste toulousaine, celui-ci peut s’appuyer sur les échanges de Mohamed Merah avec les hommes du RAID pendant les 32 heures de siège qui avait suivi l’assaut de la police. Le tueur avait alors soutenu avoir commis ses crimes tout seul, sans aide logistique extérieure.

"Réconciliation suspecte"

Interrogé par les juges antiterroristes le mois dernier, Abdelkader Merah s’était dit convaincu que les enquêteurs ne disposent d’aucune preuve contre lui.

"Si je ne m’étais pas réconcilié avec mon frère, je serais automatiquement libre", affirmait-il ainsi devant le juge Christophe Tessier, au terme d’un après-midi d’interrogatoire.

Brouillés de longue date, les deux frères avaient renoué le contact seulement trois semaines avant le premier assassinat. Cette réconciliation surprise et le calendrier des rencontres présumées entre Mohamed et Abdelkader, à quelques heures de chacun des meurtres, aiguisent les soupçons de complicité à l’encontre du frère aîné.

Mais face aux réfutations du principal intéressé, l’élément le plus solide dont disposent les enquêteurs reste la présence attestée d’Abdelkader Merah lors du vol d’un scooter T-Max, le 6 mars 2012, par son petit frère.

Cinq jours plus tard, le "tueur au scooter" abattait d’une balle en pleine tête un parachutiste de 30 ans à Toulouse, le premier d’une série de sept assassinats.
 

Première publication : 21/03/2013

  • FRANCE

    Un an après, Hollande promet de lever les zones d'ombre de l'affaire Merah

    En savoir plus

  • FRANCE

    La mère de Mohamed Merah confie n'avoir "rien compris" à la folie de son fils

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Merah : deux suspects toujours en garde à vue

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)