Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

SPORT

France-Géorgie : les Bleus doivent se sortir d’un match piège

© afp

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2013

Avant de défier l’Espagne, la France ne doit pas négliger la Géorgie et doit absolument l'emporter, ce vendredi au Stade de France, pour garder intactes ses chances de qualification directe pour le Mondial-2014 à quatre jours du choc contre la Roja.

Comment puiser la motivation pour la venue des modestes Géorgiens juste avant une rencontre face à la référence absolue du football international ? Car le match France-Géorgie a le défaut de précéder de 4 jours celui contre l'Espagne, championne du monde et d’Europe en titre qui, même si le sélectionneur Didier Deschamps et les joueurs n'ont eu de cesse de repousser le sujet, est autrement plus attendu.

La rencontre France-Géorgie propose une de ces oppositions que les Bleus n'apprécient guère, une "petite" équipe qui s'appuie sur une défense très regroupée et les oblige à faire le jeu, pas tout à fait la qualité première de cette équipe de France encore en reconstruction.

La Géorgie n'est que la 69e nation mondiale mais l'Espagne elle-même a failli laisser des plumes à Tbilissi en septembre dernier, quand il lui a fallu un but de Soldado à la 86e minute pour venir à bout (1-0) des troupes de Temur Ketsbaia qui avaient bâti un mur devant leur but.

Puisque la France veut disputer aux Espagnols la première place directement qualificative pour le Mondial brésilien - les deux équipes comptent sept points après trois matchs-, ne pas battre la Géorgie à domicile serait rédhibitoire. Didier Deschamps a donc fait de ce match l'unique objectif de la semaine de préparation des Bleus.

Bons débuts pour Deschamps

Malgré la défaite concédée en amical contre l'Allemagne (2-1), le 6 février au Stade de France, les débuts de Didier Deschamps sont plutôt prometteurs et le nul en Espagne (1-1 en octobre 2012) puis le succès arraché en amical en Italie (2-1 en novembre 2012) ont donné l'impression d'une renaissance après un Euro-2012 frustrant. Un sentiment renforcé par le parcours quasi sans faute en phase qualificative (2 victoires, 1 nul) et la place de leader de la poule, à égalité avec l'Espagne.

Mais la méfiance de "DD" semble légitime. "La Géorgie est une équipe qui a eu contre l'Espagne une attitude ultra-défensive, avec beaucoup d'agressivité. On risque de se retrouver dans la même situation, avec un bloc assez bas", a prévenu Didier Deschamps. D'où ce souci de renforcer le secteur offensif et de mettre en place un système en 4-4-2 avec un duo Giroud-Benzema en attaque, Franck Ribéry à gauche et Mathieu Valbuena à droite.

Varane et Pogba ?

Il serait de bon ton que l’attaquant du Real Madrid, qui n'a plus marqué en équipe de France depuis le 5 juin 2012, mette fin à sa période de disette, histoire d'affronter ses collègues espagnols avec un moral au plus haut. Seul bémol : sa complémentarité avec Giroud, testée en août 2012 face à l'Uruguay en amical (0-0), n'avait pas sauté aux yeux à l'époque.

Mais le match devrait également être l'occasion de voir pour la première fois à l'œuvre les deux petits jeunes de la "génération 93" convoqués par Deschamps, Raphaël Varane et Paul Pogba.

Le défenseur du Real Madrid a de très grandes chances de fêter à 19 ans sa première sélection en bleu aux côtés de Mamadou Sakho. Le sélectionneur peut ainsi faire coup double : tester cet espoir du football français en grandeur nature et ménager Laurent Koscielny, menacé de suspension en cas de nouveau carton jaune.

Le sélectionneur pourrait en outre hâter les débuts de Pogba, le joueur de la Juventus Turin ayant été notamment associé à l'infatigable Blaise Matuidi dans l'entre-jeu lors des mises en place de la semaine. Là aussi, la titularisation de l'ancien Havrais pourrait permettre à Didier Deschamps de s'éviter une mauvaise surprise, les milieux Yohan Cabaye et Maxime Gonalons étant suspendus au prochain avertissement. Comme quoi, l'Espagne est quand même dans toutes les têtes.

France : Lloris (cap.) - Jallet, Varane, Sakho, Clichy - Valbuena, Matuidi, Pogba (ou Gonalons), Ribéry - Benzema, Giroud

Sélectionneur: Didier Deschamps

Géorgie : Loria - Lobjanidze, Kashia, Amisulashvili, Khizanishvili, D. Kvirkvelia - Targazmadze, Daushvili, Dzaria, Kenia - Kobakhidze

Sélectionneur: Temuri Ketsbaia

FRANCE 24 avec dépêches  

Première publication : 21/03/2013

  • FOOTBALL

    Éliminatoires Mondial-2014 : première en Bleu pour Paul Pogba

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    L'Allemagne s'impose amicalement sur la pelouse du Stade de France

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Didier Deschamps : "Je n’ai pas la prétention de dire que je sais, j'apprends"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)