Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Moyen-orient

Barack Obama : "Les Palestiniens méritent leur propre État"

© FRANCE 24

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/03/2013

En visite à Ramallah, en Cisjordanie, Barack Obama s'est prononcé en faveur d'une solution à deux États au Proche-Orient, sans toutefois appuyer le gel de la colonisation israélienne que réclament les Palestiniens.

Le président américain Barack Obama a affirmé jeudi que "la possibilité d'une solution à deux Etats" israélien et palestinien "continuait à exister", en critiquant la colonisation israélienne qui "ne fait pas avancer la paix".

Discours devant les jeunes israéliens

Après Ramallah, Barack Obama s’est rendu au Convention Center de Jérusalem pour un discours devant plusieurs centaines de jeunes Israéliens. Le président américain a réaffirmé sa volonté de voir aboutir une solution à deux États, estimant que la paix était "possible" mais que l’activité dans les colonies était "contreproductive."

Dans le même temps, il a appelé le monde arabe à faire "un pas supplémentaire vers la normalisation de ses relations avec Israël". En outre, le Hezbollah libanais doit être reconnu comme organisation terroriste, selon lui.

Le chef d’État américain a également mis l’accent sur l’économie de la région. Le partenariat commercial entre les États-Unis et Israël pèse 40 milliards de dollars chaque année, a-t-il rappelé, appelant les autres nations à venir puiser parmi les talents de la région.

"Sur la base des conversations que j'ai eues avec le Premier ministre Netanyahu et le président Abbas, je pense que la possibilité d'une solution à deux Etats continue à exister", a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse conjointe avec le président palestinien Mahmoud Abbas qui l'a reçu à Ramallah (Cisjordanie) pendant près de deux heures et demie.

"Nous ne considérons pas la poursuite de la colonisation comme constructive, adéquate, ou de nature à faire avancer la cause de la paix", a ajouté le président américain, indiquant néanmoins que la question devrait être réglée lors de pourparlers de paix et non par un gel de la construction, comme l'exigent les Palestiniens.

M. Abbas a assuré pour sa part que les Palestiniens étaient "prêts à appliquer leurs engagements requis par le processus de paix afin de parvenir à une solution à deux Etats, la Palestine et Israël".

Mais il a réaffirmé que la colonisation était un obstacle "catastrophique sur le chemin de la paix".

Barack Obama a reconnu que "le peuple palestinien méritait la fin de l'occupation et des humiliations quotidiennes qui en découlent".

"Les Palestiniens méritent leur propre Etat", a-t-il insisté.

Le président américain a par ailleurs condamné le tir jeudi de deux roquettes contre Israël par un groupe armé de la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas.

"Nous avons encore vu la menace de Gaza avec ces roquettes. Nous condamnons cette violation d'un important cessez-le-feu qui protège les Israéliens comme les Palestiniens", a déclaré M. Obama, en référence à la trêve conclue le 21 novembre entre Israël et le Hamas par l'intermédiaire de l'Egypte, qui a mis fin à l'opération militaire israélienne "Pilier de Défense" dans le territoire palestinien.



AFP

Première publication : 21/03/2013

  • REPORTAGE

    Pour les Palestiniens de Cisjordanie, "la venue d'Obama ne changera rien"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le nouveau gouvernement de Netanyahou "peut exploser à tout moment"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama au Proche-Orient : un peu d’espoir à défaut d’un plan de paix ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)