Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Le jour où les services secrets américains ont manqué de tuer Ahmadinejad

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 22/03/2013

En 2006, alors qu’il était chargé d’escorter le président iranien à une Assemblée générale des Nations unies, un agent des services secrets américains a malencontreusement tiré une balle qui a frôlé Mahmoud Ahmadinejad...

C’est un incident qui aurait pu changer le cours de l’Histoire. En septembre 2006, alors que Mahmoud Ahmadinejad se trouve à New York pour assister à une réunion de l’Assemblée générale des Nations unies, un des agents américains chargé de l’escorter a tiré par mégarde en direction du président iranien. L’agent spécial était en train d’ajuster son arme quand une balle est partie... et a frôlé le dirigeant iranien.

"Tout le monde s’est arrêté, raconte un témoin. Les Iraniens nous ont regardés et nous avons regardé les Iraniens. L’agent a commencé à s’excuser. Ahmadinejad a juste tourné la tête puis il est monté dans la voiture."

L’histoire, rapportée dès le lendemain dans une note adressée aux plus hauts dirigeants de l'administration Bush, a été tenue secrète jusqu'alors. C’est l’un de ces mêmes responsables américains qui a finalement décidé de révéler l’anecdote au journaliste Marc Ambinder, dans son ouvrage - à paraître - "Deep State: Inside the Government Secrecy Industry", dont le magazine américain "The Atlantic" a publié un court extrait.

À l’époque, la divulgation de l’incident aurait pu très sérieusement compliquer les relations américano-iraniennes. "Quand j’ai lu la note, je me souviens avoir fermé les yeux", raconte l’agent officiel. Il s'agissait en effet de "trois phrases qui ont donné des sueurs froides à la douzaine de hauts responsables de la Maison Blanche habilités à les lire", écrit Marc Ambinder.

"Ruiner de manière dévastatrice les relations entre les deux pays"

Il faut dire qu’en 2006, "l'administration Bush réfléchissait à la manière dont il fallait gérer le programme nucléaire iranien. Et un agent des services secrets venait juste de donner à l'Iran une opportunité de ruiner de manière dévastatrice les relations entre les deux pays. Ahmadinejad allait certainement révéler l'accident à la tribune des Nations unies. Il pouvait prétendre que les États-Unis avaient essayé de l'assassiner, et bouleverser ainsi toute la conférence", ajoute le responsable.

Étonnamment, pourtant, le président iranien, qui a sans aucun doute entendu la détonation, n’a jamais révélé l’incident. Pour Washington, le mutisme iranien était forcément coupable. Ou du moins calculé. "Leur silence a conduit la Maison Blanche à changer son regard sur Ahmadinejad. C'était une preuve que l'Iran agissait de manière stratégique, et donc avec prudence", indique le journaliste Marc Ambinder.

Première publication : 22/03/2013

  • IRAN

    La photo de Mahmoud Ahmadinejad qui choque les conservateurs iraniens

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Pour Ahmadinejad, Chavez reviendra sur terre aux côtés de "Jésus et de l'Homme parfait"

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Quand l'Iran et les États-Unis luttent côte à côte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)