Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Moyen-orient

Le jour où les services secrets américains ont manqué de tuer Ahmadinejad

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 22/03/2013

En 2006, alors qu’il était chargé d’escorter le président iranien à une Assemblée générale des Nations unies, un agent des services secrets américains a malencontreusement tiré une balle qui a frôlé Mahmoud Ahmadinejad...

C’est un incident qui aurait pu changer le cours de l’Histoire. En septembre 2006, alors que Mahmoud Ahmadinejad se trouve à New York pour assister à une réunion de l’Assemblée générale des Nations unies, un des agents américains chargé de l’escorter a tiré par mégarde en direction du président iranien. L’agent spécial était en train d’ajuster son arme quand une balle est partie... et a frôlé le dirigeant iranien.

"Tout le monde s’est arrêté, raconte un témoin. Les Iraniens nous ont regardés et nous avons regardé les Iraniens. L’agent a commencé à s’excuser. Ahmadinejad a juste tourné la tête puis il est monté dans la voiture."

L’histoire, rapportée dès le lendemain dans une note adressée aux plus hauts dirigeants de l'administration Bush, a été tenue secrète jusqu'alors. C’est l’un de ces mêmes responsables américains qui a finalement décidé de révéler l’anecdote au journaliste Marc Ambinder, dans son ouvrage - à paraître - "Deep State: Inside the Government Secrecy Industry", dont le magazine américain "The Atlantic" a publié un court extrait.

À l’époque, la divulgation de l’incident aurait pu très sérieusement compliquer les relations américano-iraniennes. "Quand j’ai lu la note, je me souviens avoir fermé les yeux", raconte l’agent officiel. Il s'agissait en effet de "trois phrases qui ont donné des sueurs froides à la douzaine de hauts responsables de la Maison Blanche habilités à les lire", écrit Marc Ambinder.

"Ruiner de manière dévastatrice les relations entre les deux pays"

Il faut dire qu’en 2006, "l'administration Bush réfléchissait à la manière dont il fallait gérer le programme nucléaire iranien. Et un agent des services secrets venait juste de donner à l'Iran une opportunité de ruiner de manière dévastatrice les relations entre les deux pays. Ahmadinejad allait certainement révéler l'accident à la tribune des Nations unies. Il pouvait prétendre que les États-Unis avaient essayé de l'assassiner, et bouleverser ainsi toute la conférence", ajoute le responsable.

Étonnamment, pourtant, le président iranien, qui a sans aucun doute entendu la détonation, n’a jamais révélé l’incident. Pour Washington, le mutisme iranien était forcément coupable. Ou du moins calculé. "Leur silence a conduit la Maison Blanche à changer son regard sur Ahmadinejad. C'était une preuve que l'Iran agissait de manière stratégique, et donc avec prudence", indique le journaliste Marc Ambinder.

Première publication : 22/03/2013

  • IRAN

    La photo de Mahmoud Ahmadinejad qui choque les conservateurs iraniens

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Pour Ahmadinejad, Chavez reviendra sur terre aux côtés de "Jésus et de l'Homme parfait"

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Quand l'Iran et les États-Unis luttent côte à côte

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)