Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Humberto de la Calle : "Changer l'accord de paix avec les Farc serait une erreur historique monumentale"

En savoir plus

Afrique

La première Femen de Tunisie portée disparue

© Facebook

Dernière modification : 25/03/2013

La première Tunisienne à avoir posé seins nus pour soutenir le mouvement des Femen est injoignable depuis plusieurs jours. Selon l'organisation féministe, Amina Tyler aurait été enlevée par sa famille pour être placée dans un centre psychiatrique.

Le mouvement Femen a signalé, jeudi 21 mars, la disparition d’Amina Tyler, une  Tunisienne de 19 ans, qui a récemment posé seins nus sur Internet pour soutenir l’organisation féministe.

Une photo d'Amina Tyler
© FACEBOOK

La jeune lycéenne avait envoyé, il y a deux semaines, des photos aux désormais célèbres activistes, qui les avaient alors diffusées sur le Net. "Mon corps m’appartient, il n’est l’honneur de personne", avait-elle inscrit sur sa poitrine dénudée."Les activistes de Femen ont essayé de contacter la jeune Tunisienne mais sans succès. Son téléphone est resté éteint. Nous nous craignons pour sa vie", ont indiqué les Femen France sur leur page Facebook

Vives réactions en Tunisie

Les clichés ont suscité des réactions de colère en Tunisie. De nombreuses pages Facebook ont été créées pour critiquer le comportement de la jeune fille. Un groupe de pirate islamiste a même pris le contrôle, mercredi soir, de Femen Tunisia, une page Facebook de soutien à l’organisation féministe. "Grâce à Dieu nous avons piraté cette page immorale et le meilleur est à venir", pouvait-on lire sur ce site qui, selon "Libération", est désormais inaccessible.

Le très radical président de l’Association centriste pour la sensibilisation et la réforme, Adel Almi, aurait également violemment dénoncée les photos de la lycéenne. "Amina doit être flagellée une centaine de fois sachant, que vu l’ampleur de son pêché, la jeune fille mérite la lapidation à mort", aurait-il déclaré, selon le site Assabah News. Mais, depuis, Almi a contesté cet appel au meurtre.

Un enlèvement ?

Face à ces menaces, l’organisation Femen ne cache pas son inquiétude. Selon les dernières informations qu’elle a pu recueillir, la jeune femme aurait été enlevée par sa propre famille "pour être placée contre sa volonté dans le centre psychiatrique Bardo. Nous réalisons que sa propre famille peut représenter un danger pour Amina. Nous ne savons pas si l'information est véridique mais nous continuons à la chercher". Une vidéo circule d’ailleurs sur Internet où l’on peut voir le présumé enlèvement d’Amina par son père et son frère.

Pour mobiliser autour de cette disparition, les Femen ont lancé un album de soutien sur Facebook où plusieurs sympathisantes de leur cause ont déjà envoyé des photos d’elles seins nus. Une pétition, qui a déjà recueilli plus de 17 000 signatures, a également été lancée.

Avant de ne donner plus aucun signe de vie, Amina n’avait pas hésité à expliquer ses motivations à la télévision dans l’émission tunisienne Labes : "On n’enlève pas nos hauts pour des raisons sexuelles, nous les Femen, nous avons le courage de crier fort nos revendications pour libérer la femme".
 

Première publication : 22/03/2013

  • FRANCE

    Les Femen, des seins nus pour quel dessein ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Femen sont-elles allées trop loin à Notre-Dame-de-Paris ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)