Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

Afrique

Le chef rebelle congolais Bosco Ntaganda en route pour la CPI

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/03/2013

Recherché pour crimes contre l'humanité, l'ancien général congolais Bosco Ntaganda, surnommé "le Terminator", a quitté vendredi l'ambassade américaine de Kigali pour le siège de la Cour pénale internationale (CPI), afin d'y être jugé.

Le chef rebelle de la République démocratique du Congo (RDC) Bosco Ntaganda, qui était réfugié depuis lundi à l'ambassade américaine de Kigali, a quitté le Rwanda pour La Haye, siège de la Cour pénale internationale (CPI) qui le recherche pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, a annoncé vendredi le gouvernement rwandais.

"Bosco Ntagdanga vient de décoller de Kigali et se trouve entre les mains de responsables de la CPI," a annoncé la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, sur son compte Twitter. L'ambassade américaine à Kigali a, en outre, confirmé que le rebelle avait quitté ses locaux et était en route vers la CPI avec des responsables de la Cour.

Celui que l'on surnomme "Terminator" est notamment accusé par la CPI de viols, meurtres, pillages et enrôlements d'enfants-soldats entre septembre 2002 et septembre 2003 dans la région de Ituri, située au nord-est de la République démocratique du Congo.

Bosco Ntaganda a commandé l'une des factions du mouvement insurgé M23, qui a menacé à la fin de l'année dernière de marcher sur Kinshasa après avoir pris la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo.

La CPI a précisé qu'elle fixera bientôt la date de sa première audience pour confirmer son identité.

Une reddition surprise

Contre toute attente, Bosco Ntaganda s'est spontanément présenté lundi dernier à l'ambassade américaine au Rwanda et a, selon Washington, demandé à être envoyé devant la CPI. La "reddition" du général a soulevé de nombreuses questions.

Selon Carina Tertsakian, de Human Rights Watch, l’ex-général a peut-être été "lâché" par Kigali. Il était utile "tant qu'il était à la tête de groupes armés qui servaient les intérêts économiques, politiques, militaires du Rwanda au Congo", dit-elle. Mais privé de pouvoir, et sous le coup de mandats d'arrêt, il ne l'est plus.

Avec dépêches

Première publication : 22/03/2013

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Kigali apporte son aide au transfert du Congolais Bosco Ntaganda à la CPI

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Reddition du général rebelle congolais Bosco Ntaganda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)