Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La constance c'est la confiance"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

Afrique

Bangui appelle les rebelles du Séléka à négocier pour "éviter un bain de sang"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/03/2013

Le Premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, a appelé samedi les rebelles du Séléka à négocier pour "trouver une solution pacifique". Un peu plus tôt, le mouvement rebelle avait annoncé être aux portes de la capitale Bangui.

Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye, figure de l'opposition au président François Bozizé, a appelé samedi les rebelles du Séléka, parvenus le matin même aux portes de Bangui, à négocier "pour éviter un bain de sang", a déclaré Crépin Mboli Goumba, le porte-parole du gouvernement.

"Le Premier ministre demande à nos frères du Séléka de se mettre en rapport avec le gouvernement d'union nationale pour trouver une solution pacifique", a-t-il ajouté  avant de réaffirmer "l'attachement" du gouvernement et de la communauté internationale aux accords de paix de Libreville de janvier dernier.


Les rebelles centrafricains du Séléka, qui ont forcé vendredi à la mi-journée le dernier verrou sur la route de Bangui, ne sont plus qu'à quelques kilomètres de la capitale centrafricaine.

"Nous sommes aux portes de Bangui"

"Nous sommes aux portes de Bangui. Je ne peux pas vous dire où, c'est un secret militaire de même que nos effectifs, mais Damara [75 km de Bangui, dernier verrou] est derrière nous", a déclaré, samedi, l'un des chefs militaires du Séléka Djouma Narkoyo, joint au téléphone par l'AFP depuis Libreville.

L'annonce de l'arrivée probable des rebelles a semé un début de panique dans Bangui, vendredi. Au port de de la ville, des "centaines de gens" tentaient de traverser le fleuve Oubangui pour rallier la République démocratique du Congo (RDC) voisine, à bord des pirogues qui font régulièrement la navette, selon un piroguier sur place. Toutefois en fin d'après-midi, la situation s'était calmée, selon un habitant.


Vendredi soir, le ministère des Affaires étrangères français avait appelé "toutes les parties à faire preuve de retenue et à respecter les populations civiles".

Dans un communiqué publié après une réunion d'urgence convoquée à la demande la France, le Conseil de sécurité des Nations unies avait de son côté exprimé sa "vive inquiétude" face à l'avancée des rebelles, et estimé que ceux qui étaient accusés d'exécutions ou de viols devaient "être tenus responsables".

L'armée régulière "démoralisée"

Sur le terrain, les rebelles ont affirmé ne pas avoir rencontré de résistance des Forces armées centrafricaines (FACA) : "Ils sont démoralisés. Les FACA ne peuvent plus combattre pour (le président François) Bozizé".

Les rebelles ont franchi Damara (75 km de la capitale), le dernier verrou avant Bangui vers 12h00 (11h00 GMT), forçant un barrage tenu par par la Force militaire des États d'Afrique centrale (Fomac), selon une source au sein de la Fomac. "Il y a eu des tirs sans faire de blessés", a-t-elle précisé.

Le président centrafricain, arrivé au pouvoir par les armes en 2003, ne s'est pas publiquement exprimé sur la situation. François Bozizé est rentré vendredi d'une visite éclair en Afrique du Sud. Son interlocuteur, le président Jacob Zuma, a autorisé le déploiement en centrafrique de 400 de ses militaires dans le cadre "des efforts de l'Afrique du Sud pour apporter la paix et la stabilité dans la région", selon Pretoria qui n'a pas révélé la teneur de l'entretien.

Des mesures pour protéger les ressortissants français

Quelque 250 soldats français se trouvent également à Bangui, dans la zone de l'aéroport, situé au nord de la ville. Mais lors de la précédente offensive rebelle en janvier, le président français François Hollande avait précisé qu'ils n'étaient là que pour défendre les "ressortissants et intérêts français".

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a jugé "inquiétantes" les informations sur la situation et annoncé que des mesures seront prises pour protéger les ressortissants français.

Dimanche, la rébellion du Séléka avait donné 72 heures au pouvoir pour respecter les accords de Libreville, signés le 11 janvier dernier. Parmi les points revendiqués figurent la libération de prisonniers politiques, la présence des troupes sud-africaines et ougandaises dans le pays mais aussi l'intégration des combattants Séléka dans l'armée.

Avec dépêches

Première publication : 23/03/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Les rebelles centrafricains du Séléka annoncent reprendre les armes

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Le Séléka conteste sa place dans le nouveau gouvernement centrafricain

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    En Centrafrique, un nouveau gouvernement qui fait la part belle au Séléka

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)