Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Afrique

L'Élysée confirme la mort d'Abou Zeïd, l'un des leaders d'Aqmi

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/03/2013

Paris a confirmé, samedi, la mort d’Abou Zeïd, l’un des chefs les plus radicaux d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il a été tué fin février au cours d’une offensive de l’armée française dans le nord du Mali.

Abdelhamid Abou Zeïd, l’un des leaders d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a bel et bien été tué lors d’une offensive française menée dans le nord du Mali fin février, a fait savoir l’Élysée samedi.

"Le président de la République confirme de manière certaine la mort d’Abdelhamid Abou Zeïd survenue lors des combats menés par l’armée française dans l’Adrar des Ifoghas au nord du Mali, à la fin du mois de février", a affirmé la présidence française dans un communiqué publié en début d’après-midi. Cela marque "une étape importante dans la lutte contre le terrorisme au Sahel", a précisé l’Élysée.

La mort de ce membre éminent d’Al-Qaïda avait été annoncée le 28 février par la télévision algérienne Ennahar et par le quotidien français "Le Monde", qui s’appuyaient sur de nombreux témoignages locaux. L’information avait ensuite été confirmée par le président tchadien, Idriss Déby Itno, le 1er mars. Selon "Le Monde", la France a attendu l’identification formelle d’Abou Zeïd à partir de fragments d’ADN, dont l’analyse serait parvenue mercredi dernier à Paris.

Auteur de nombreux enlèvements

De son vrai nom Mohamed Ghdridi, cet Algérien de 46 ans est considéré comme l’un des chefs les plus radicaux d’Aqmi. À la tête de l'une des plus influentes katibas de la nébuleuse terroriste, il s’était taillé la réputation d’un homme placide, intelligent et d'une extrême cruauté.

C’est lui qui avait organisé, en septembre 2010, l’enlèvement de sept employés d’Areva et de Satom à Arlit, au Niger. Parmi eux se trouvaient cinq Français. Abou Zeïd est également considéré comme le responsable de l’enlèvement et de la mort du Français Michel Germaneau, en 2010. En juin 2009, son groupe avait kidnappé et tué le touriste anglais Edwin Dyer, qui selon plusieurs témoins, aurait été égorgé par le chef islamiste en personne.

Né en 1965 dans la région de Debdab dans la province algérienne d'Illizi, proche de la frontière libyenne, Abou Zeïd avait rejoint le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) durant la guerre civile des années 1990.

Il croisera, entre autres, la route d’Abderrezak el-Para, dont il devient le bras droit, et de Mokhtar Belmokhtar, l'autre grand émir d'Aqmi. La confusion règne toujours quant au sort de ce dernier. Sa mort, annoncée début mars par les autorités tchadiennes, n'a pas été confirmée par la France et a été démentie par les islamistes. Il est le commanditaire de la prise d'otages meurtrier du complexe gazier algérien à In Amenas en janvier dernier.

Avec dépêches

Première publication : 23/03/2013

  • SAHEL

    Un membre d'Aqmi confirme la mort d'Abou Zeid, dément celle de Belmokhtar

    En savoir plus

  • NORD-MALI

    N'Djamena annonce la mort d'Abou Zeid, le bandit devenu émir d'Aqmi

    En savoir plus

  • MALI

    Aqmi annonce l'exécution d'un otage français, Paris ne confirme pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)