Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

FRANCE

Le contrôle de "La manif pour tous" a échappé aux organisateurs, selon Valls

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2013

Plusieurs centaines de manifestants contre le mariage gay étaient massés, dimanche soir sur les Champs-Élysées, périmètre qui leur avait été interdit par la préfecture de police. Ils ont été délogés à l'aide de gaz lacrymogène.

Les forces de l'ordre ont évacué dimanche soir à l'aide de gaz lacrymogène les dernières centaines de manifestants contre le mariage homosexuel qui s'étaient installés sur les Champs-Elysées.

En fin de journée, plusieurs milliers de personnes avaient envahi la célèbre avenue qui leur avait pourtant été interdite par la préfecture de police. Les manifestants, dont certains s'étaient agenouillés en criant "Démocratie !" devant les policiers, étaient pris en tenaille par des gendarmes mobiles et des CRS, qui les ont poussés sans ménagement, usant parfois de leurs matraques, dans une grande cohue, selon plusieurs journalistes de l'AFP sur place.

Vers 20h30 environ, 300 personnes étaient toujours sur place, "essentiellement du GUD et de l'extrême-droite", selon le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui estime que le contrôle de la manifestation "a échappé aux organisateurs".

L'air est devenu rapidement irrespirable. Les CRS remontaient depuis le rond-point des Champs-Élysées, pendant que des gendarmes mobiles descendaient en provenance du haut de l'avenue, prenant en sandwich les manifestants qui scandaient des slogans, chantant pour certains La Marseillaise.

"Une grande armée (qui) se lève"

Plus tôt dans la journée, le rassemblement avait déjà été émaillé par des tirs de gaz lacrymogènes effectués à plusieurs reprises par des gendarmes mobiles souhaitant "maintenir les manifestants", qui voulaient déjà accéder aux Champs-Élysées. "Entre 100 et 200 personnes ont tenté de forcer un barrage pour rejoindre les Champs-Élysées", a expliqué un porte-parole de la préfecture de police.

Le président de l'UMP Jean-François Copé, présent à la manifestation, a demandé "des comptes à François Hollande" après avoir "croisé" des familles qui auraient été victimes des gaz lacrymogènes.

À 17h, les organisateurs revendiquaient "au moins 1,4 million" de participants à la manifestation qui s’est déroulée entre la Défense et l'Arc de Triomphe, sur un axe long de cinq kilomètres, pour former ce que les organisateurs ont appelé "une grande armée (qui) se lève." Une référence à l'avenue du même nom qui remonte vers la place de l'Étoile.

La première manifestation du 14 janvier avait rassemblé 340 000 manifestants selon la police, près d'un million selon les organisateurs.

Tweet du journaliste Bruno Roger-Petit accompagné d'une photo de Christine Boutin, visiblement touchée par les gaz lacrymogènes.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 24/03/2013

  • FRANCE

    "La manif pour tous" : 1,4 million de participants selon les organisateurs

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les députés disent "oui" au mariage pour tous

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mariage gay : le débat à l'Assemblée est terminé, pas le chemin de croix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)