Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

FRANCE

Le contrôle de "La manif pour tous" a échappé aux organisateurs, selon Valls

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2013

Plusieurs centaines de manifestants contre le mariage gay étaient massés, dimanche soir sur les Champs-Élysées, périmètre qui leur avait été interdit par la préfecture de police. Ils ont été délogés à l'aide de gaz lacrymogène.

Les forces de l'ordre ont évacué dimanche soir à l'aide de gaz lacrymogène les dernières centaines de manifestants contre le mariage homosexuel qui s'étaient installés sur les Champs-Elysées.

En fin de journée, plusieurs milliers de personnes avaient envahi la célèbre avenue qui leur avait pourtant été interdite par la préfecture de police. Les manifestants, dont certains s'étaient agenouillés en criant "Démocratie !" devant les policiers, étaient pris en tenaille par des gendarmes mobiles et des CRS, qui les ont poussés sans ménagement, usant parfois de leurs matraques, dans une grande cohue, selon plusieurs journalistes de l'AFP sur place.

Vers 20h30 environ, 300 personnes étaient toujours sur place, "essentiellement du GUD et de l'extrême-droite", selon le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui estime que le contrôle de la manifestation "a échappé aux organisateurs".

L'air est devenu rapidement irrespirable. Les CRS remontaient depuis le rond-point des Champs-Élysées, pendant que des gendarmes mobiles descendaient en provenance du haut de l'avenue, prenant en sandwich les manifestants qui scandaient des slogans, chantant pour certains La Marseillaise.

"Une grande armée (qui) se lève"

Plus tôt dans la journée, le rassemblement avait déjà été émaillé par des tirs de gaz lacrymogènes effectués à plusieurs reprises par des gendarmes mobiles souhaitant "maintenir les manifestants", qui voulaient déjà accéder aux Champs-Élysées. "Entre 100 et 200 personnes ont tenté de forcer un barrage pour rejoindre les Champs-Élysées", a expliqué un porte-parole de la préfecture de police.

Le président de l'UMP Jean-François Copé, présent à la manifestation, a demandé "des comptes à François Hollande" après avoir "croisé" des familles qui auraient été victimes des gaz lacrymogènes.

À 17h, les organisateurs revendiquaient "au moins 1,4 million" de participants à la manifestation qui s’est déroulée entre la Défense et l'Arc de Triomphe, sur un axe long de cinq kilomètres, pour former ce que les organisateurs ont appelé "une grande armée (qui) se lève." Une référence à l'avenue du même nom qui remonte vers la place de l'Étoile.

La première manifestation du 14 janvier avait rassemblé 340 000 manifestants selon la police, près d'un million selon les organisateurs.

Tweet du journaliste Bruno Roger-Petit accompagné d'une photo de Christine Boutin, visiblement touchée par les gaz lacrymogènes.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 24/03/2013

  • FRANCE

    "La manif pour tous" : 1,4 million de participants selon les organisateurs

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les députés disent "oui" au mariage pour tous

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mariage gay : le débat à l'Assemblée est terminé, pas le chemin de croix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)