Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

Afrique

Qui sont les rebelles de la Séléka, nouveaux maîtres de Bangui ?

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2013

Les rebelles de la Séléka ont pris, ce week-end, le contrôle de Bangui, la capitale de République centrafricaine. Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils pris les armes contre le pouvoir de François Bozizé ? Éléments de réponse.

Qui sont les rebelles de la Séléka ?

La Séléka est une coalition de petits mouvements qui s’opposent à François Bozizé. Quand il a pris le pouvoir par la force en 2003, des mouvements rebelles hostiles au pouvoir sont nés, notamment l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UDFR), puis trois ans plus tard, le mouvement rebelle Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). Ils ont mené régulièrement des actions armées dans plusieurs régions du pays.

En 2011, après la réelection de Bozizé à la tête de la Centrafrique, ces deux principaux groupes rebelles signent un accord de paix avec le gouvernement. Mais plusieurs factions dissidentes, issues des rangs de l’UDFR, du CPJP ainsi que de plusieurs autres petits groupes, se réunissent pour créer la Séléka, le 10 décembre dernier. Ils considèrent que les accords de paix conclus en 2011 n’ont pas été respectés par le clan Bozizé.

La Séléka est dirigée par Michel Djotodia, un ancien diplomate et fondateur de l’UFDR. Les porte-parole Djouma Narkoyo et Éric Massi sont également deux personnalités primordiales du mouvement. Éric Massi est le fils d’un ministre de François Bozizé qui a été tué après avoir fait défection.

Entre décembre et janvier dernier, la rébellion est parvenue à contrôler les trois quarts du territoire centrafricain. "On peut se poser des questions sur l’importance du matériel dont ils disposent", réagit sur RFI Roland Marchal, chercheur au CNRS et spécialiste de la Centrafrique, pointant également du doigt la bonne organisation militaire du groupe. L’expert suspecte le concours d’autres mouvements armés étrangers, notamment venus du Darfour et du Tchad.


Pourquoi la Séléka a-t-elle repris les armes ?

La Séléka a pris les armes en décembre dernier et a alors entamé une "reconquête" du pays. De nouveaux accords de paix sont signés à Libreville, le 11 janvier 2013. Un gouvernement d’union nationale est formé, incluant plusieurs personnalités de la Séléka.

Mais les rebelles ont de nouveau repris les armes, mercredi 20 mars. "Les clauses essentielles de l'accord n'ont pas été respectées", estime Roland Marchal. Selon le chercheur, le président centrafricain François Bozizé n’a pas mis en œuvre le partage des pouvoirs, ni la clause prévoyant l’intégration des insurgés dans l’armée.

De plus, les prisonniers politiques, comme sont présentés les parents des commandants de la Séléka qui ont été arrêtés au mois de décembre, n’ont toujours pas été libérés. Enfin, les promesses faites concernant la pacification n’ont pas non plus été tenues. "Sur ce point, les responsabilités sont beaucoup plus partagées", commente Roland Marchal.

La Séléka est pour l’instant restée silencieuse sur ses objectifs politiques. Elle exige, depuis sa formation en décembre dernier, le départ de François Bozizé.
 

Première publication : 24/03/2013

  • CENTRAFRIQUE

    La capitale centrafricaine tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Les rebelles de la Séléka annoncent leur entrée dans Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE - CHRONOLOGIE

    1993 - 2013 : vingt ans d'instabilité politique en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)