Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

Afrique

Coup d'État en Centrafrique : le président François Bozizé a fui au Cameroun

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2013

Le président centrafricain, chassé du pouvoir par les rebelles de la Séléka à la suite d'une offensive éclair dimanche, s'est réfugié au Cameroun dans l'attente de son départ vers un autre pays d'accueil, ont annoncé les autorités camerounaises.

Alors que depuis dimanche des informations contradictoires circulaient sur le lieu où se trouvait François Bozizé, les autorités camerounaises ont annoncé lundi 25 mars avoir accueilli le président centrafricain déchu au Cameroun.

"Suite aux récents événements en République centrafricaine, le président François Bozizé a cherché refuge au Cameroun où il se trouve actuellement dans l'attente de son départ vers un autre pays d'accueil", indique le communiqué officiel, sans préciser le lieu où il se trouve. " Il est là en vertu du droit d'asile qui peut être accordé à tout homme", précise un responsable de l'armée camerounaise.

Le président François Bozizé, 66 ans, a été renversé dimanche au terme d'une offensive-éclair de la rébellion de la Séléka sur Bangui. Il était lui-même arrivé au pouvoir par les armes en 2003, à la tête d'une rébellion qui avait chassé le président élu de l'époque, Ange-Félix Patassé.

Une source administrative dans l'Est faisait par ailleurs état d'un "afflux important de Centrafricains" à la frontière entre la Centrafrique et le Cameroun lundi matin. Éric Massi, le porte-parole de la coalition de la Séléka à Paris, se veut pourtant rassurant. Interrogé par FRANCE 24, il a assuré que la situation à Bangui s'était "normalisée"."La situation est en train de se normaliser. Il y a encore des tirs, mais ce sont des tirs de joie", a-t-il précisé.

L'Union européenne a de son côté, via un communiqué, exhorté toutes les parties "à cesser immédiatement les hostilités, à faire preuve de retenue et à contribuer au rétablissement de l'ordre public, en particulier pour prévenir des pillages". La France a, elle, condamné la prise de pouvoir par la force et appelé les rebelles à "s'abstenir de toute violence envers les populations civiles".

Avec dépêches

Première publication : 25/03/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Bangui aux mains de la Séléka : "L’issue militaire à ce conflit était inévitable"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    La Séléka promet "le retour de la démocratie" d’ici 2016

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Michel Djotodia, le nouvel homme fort de Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)