Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Afrique

Coup d'État en Centrafrique : le président François Bozizé a fui au Cameroun

© AFP

Vidéo par Sarah SAKHO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2013

Le président centrafricain, chassé du pouvoir par les rebelles de la Séléka à la suite d'une offensive éclair dimanche, s'est réfugié au Cameroun dans l'attente de son départ vers un autre pays d'accueil, ont annoncé les autorités camerounaises.

Alors que depuis dimanche des informations contradictoires circulaient sur le lieu où se trouvait François Bozizé, les autorités camerounaises ont annoncé lundi 25 mars avoir accueilli le président centrafricain déchu au Cameroun.

"Suite aux récents événements en République centrafricaine, le président François Bozizé a cherché refuge au Cameroun où il se trouve actuellement dans l'attente de son départ vers un autre pays d'accueil", indique le communiqué officiel, sans préciser le lieu où il se trouve. " Il est là en vertu du droit d'asile qui peut être accordé à tout homme", précise un responsable de l'armée camerounaise.

Le président François Bozizé, 66 ans, a été renversé dimanche au terme d'une offensive-éclair de la rébellion de la Séléka sur Bangui. Il était lui-même arrivé au pouvoir par les armes en 2003, à la tête d'une rébellion qui avait chassé le président élu de l'époque, Ange-Félix Patassé.

Une source administrative dans l'Est faisait par ailleurs état d'un "afflux important de Centrafricains" à la frontière entre la Centrafrique et le Cameroun lundi matin. Éric Massi, le porte-parole de la coalition de la Séléka à Paris, se veut pourtant rassurant. Interrogé par FRANCE 24, il a assuré que la situation à Bangui s'était "normalisée"."La situation est en train de se normaliser. Il y a encore des tirs, mais ce sont des tirs de joie", a-t-il précisé.

L'Union européenne a de son côté, via un communiqué, exhorté toutes les parties "à cesser immédiatement les hostilités, à faire preuve de retenue et à contribuer au rétablissement de l'ordre public, en particulier pour prévenir des pillages". La France a, elle, condamné la prise de pouvoir par la force et appelé les rebelles à "s'abstenir de toute violence envers les populations civiles".

Avec dépêches

Première publication : 25/03/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Bangui aux mains de la Séléka : "L’issue militaire à ce conflit était inévitable"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    La Séléka promet "le retour de la démocratie" d’ici 2016

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Michel Djotodia, le nouvel homme fort de Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)