Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

EUROPE

Accord in extremis sur le sauvetage de Chypre

© AFP | La directrice du FMI et le ministre français des Finances

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2013

Le nouveau plan de sauvetage, conclu dans la nuit de dimanche à lundi entre le gouvernement chypriote et la troïka, comprend une taxe sur les dépôts de plus de 100 000 euros et la fermeture de la deuxième banque du pays.

C’était moins une. Chypre a trouvé in extremis, dans la nuit de dimanche à lundi 25 mars, un accord avec l'Eurogroupe et le FMI, ses bailleurs de fonds internationaux, pour éviter la faillite et la sortie de la zone euro.

Si la première banque du pays parvient à garder la tête hors de l’eau au prix de lourdes pertes pour les créanciers, la seconde va purement et simplement fermer.

L'accord "met fin aux incertitudes concernant Chypre et la zone euro", a assuré lors d'une conférence de presse le chef de file des ministres des Finances des 17, Jeroen Dijsselbloem.

Laïki fermée, Bank of Cyprus restructurée

Fin des incertitudes mais début d’une période difficile pour l’île ? Le tribut risque en effet d’être lourd pour l'économie chypriote. En échange d'une aide de 10 milliards d'euros, Nicosie va réduire drastiquement son secteur bancaire en fermant Laïki, la deuxième banque du pays. Les détenteurs d'actions, d'obligations et les dépôts au-dessus de 100 000 euros seront par ailleurs durement frappés.

"Les dépôts non sécurisés de plus de 100 000 euros seront gelés et participeront à la recapitalisation nécessaire" du secteur bancaire, a précisé le ministre allemand, Wolfgang Schäuble. Une mesure qui devrait permettre de lever 4,2 milliards d'euros.

Les petits dépôts, eux, seront intégralement préservés. Ils seront mis dans une "good bank", tandis que les autres iront dans une "bad bank". L'idée d'une taxe sur tous les dépôts bancaires, prévue dans le premier plan concocté en fin de semaine dernière, a été définitivement abandonnée après avoir avait suscité un tollé.

Un plan "très difficile pour le pays"

Selon des sources proches des négociations, les tractations ont été très difficiles et le président chypriote Nicos Anastasiades, élu il y a à peine plus d'un mois, a menacé de démissionner. Ce dernier souhaitait en effet préserver le modèle financier chypriote, unique dans l'UE, qui permet à ses banques de recevoir de très larges sommes de déposants britanniques et russes, ce à quoi il semble finalement avoir échoué. Malgré tout, au terme des douze heures de négociations à Bruxelles, le président chypriote s'est dit "satisfait".

L’accord pour Chypre fournit "un plan complet et crédible", a estimé Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international (FMI). Reste que ce plan sera "très difficile pour le pays", estime quant à lui le commissaire aux Affaires économiques, Olli Rehn. Mais la Commission européenne "fera tout son possible pour alléger les conséquences sociales" de ce plan, a-t-il promis.

Avec dépêches

Première publication : 25/03/2013

  • CHYPRE

    Dernière journée de négociations à Bruxelles pour sauver Chypre

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Chypre et la troïka progressent vers un accord

    En savoir plus

  • CHYPRE

    Le Parlement chypriote adopte les premières mesures du "plan B"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)