Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Afrique

Annoncée disparue, la Femen tunisienne se porte bien, selon son avocate

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2013

La jeune Tunisienne Amina Tyler, qui n'avait plus donné de nouvelles après avoir publié sur Internet des photos d'elle seins nus en soutien aux Femen, était en fait chez elle, a indiqué son avocate.

Sa prétendue disparition, jeudi 21 mars, avait provoqué une vague d'inquiétude au sein de l'organisation des Femen. Amina Tyler, une Tunisienne de 19 ans, qui avait posé seins nus pour soutenir l'organisation féministe, était en fait chez elle, a indiqué son avocate Me Bochra Belhaj Hmida.

"Je lui ai parlé hier, Amina m'a dit qu'elle allait bien et qu'elle allait reprendre l'école bientôt, a-t-elle indiqué. Elle n'a pas disparu et elle n'a pas été interné en hôpital psychiatrique". De nombreuses rumeurs, relayées par les Femen, laissaient entendre que la jeune femme avait été enlevée par son frère et son père. "Son téléphone est resté éteint. Nous craignons pour sa vie", avaient alors indiqué les Femen France sur leur page Facebook.

La lycéenne avait envoyé deux semaines auparavant des photos aux célèbres activistes, qui les avaient alors diffusées sur le Net. "Mon corps m’appartient, il n’est l’honneur de personne", avait-elle inscrit sur sa poitrine dénudée.

Colère en Tunisie

Les clichés avaient suscité des réactions de colère en Tunisie. De nombreuses pages Facebook avaient été créées pour critiquer le comportement de la jeune fille. Un groupe de pirate islamiste avait même pris le contrôle, le 20 mars, de Femen Tunisia, une page Facebook de soutien à l’organisation féministe.

"Grâce à Dieu nous avons piraté cette page immorale et le meilleur est à venir", pouvait-on lire sur ce site qui, selon le quotidien français "Libération", est désormais inaccessible.

Le très radical président de l’Association centriste pour la sensibilisation et la réforme, Adel Almi, aurait également violemment dénoncée les photos de la lycéenne. "Amina doit être flagellée une centaine de fois sachant, que vu l’ampleur de son pêché, la jeune fille mérite la lapidation à mort", aurait-il déclaré, selon le site Assabah News. Mais, depuis, Almi a contesté cet appel au meurtre.

 

Première publication : 25/03/2013

  • TUNISIE

    La première Femen de Tunisie portée disparue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Femen, des seins nus pour quel dessein ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Femen sont-elles allées trop loin à Notre-Dame-de-Paris ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)