Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

Afrique

L'Union européenne allège ses sanctions visant le Zimbabwe

© AFP | Le président Mugabe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/03/2013

Après le référendum du 16 mars qui a doté le pays d'une nouvelle constitution, l'Union européenne a décidé de suspendre l'essentiel de ses sanctions, dont celles visant 81 personnalités et huit entreprises du Zimbabwe.

L'Union européenne a annoncé lundi la levée immédiate de l'essentiel de ses sanctions frappant le Zimbabwe pour saluer le récent referendum sur la Constitution, qu'elle a jugé "pacifique, réussi et crédible".

L'UE "salue le peuple du Zimbabwe après le vote pacifique, réussi et crédible du 16 mars destiné à approuver une nouvelle Constitution", a déclaré dans un communiqué Catherine Ashton, la représentante pour les Affaires étrangères.

L'UE va lever ses sanctions --interdiction de voyager et gel des avoirs-- contre 81 personnes et 8 sociétés, sur les 112 personnes et 10 entités qui étaient encore touchées. Ces sanctions avaient déjà été assouplies en février, après l'annonce de la tenue du référendum.

Les noms des personnes concernées seront dévoilés dans les prochains jours mais le président Robert Mugabe, âgé de 89 ans et au pouvoir depuis 33 ans, reste concerné par les sanctions, a-t-on appris de source diplomatique.

Les Zimbabwéens ont massivement approuvé, par 94,5% des voix, la nouvelle Constitution censée permettre des élections libres qui doivent se tenir théoriquement d'ici au 29 juin. Ce scrutin doit permettre de désigner un nouveau gouvernement pour remplacer l'actuel gouvernement d'"union nationale" en place depuis 2009.

La réforme constitutionnelle réduit par ailleurs les pouvoirs du président mais n'empêche pas M. Mugabe d'être à nouveau candidat. Elle protège sur le papier les Zimbabwéens contre toute forme de violence et de torture et garantit la liberté d'expression.

Pour Mme Ashton, le référendum "représente une étape majeure dans l'application de l'Accord politique global, qui demeure la clé pour que le Zimbabwe devienne un pays plus pacifique, prospère et démocratique".

L'UE reste cependant "préoccupée par les récentes informations faisant état d'intimidation et de harcèlement contre certains acteurs politiques et représentants de la société civile", précise le communiqué.

Les incidents se sont en effet multipliés ces dernières semaines, visant notamment des collaborateurs du Premier ministre Morgan Tsvangirai, principal opposant à M. Mugabe, et des militants des droits civiques.

L'UE souligne aussi l'importance d'élections "transparentes" et propose de déployer des observateurs si nécessaire.

AFP

Première publication : 25/03/2013

  • ZIMBABWE

    Le Zimbabwe se dote d'une Constitution plus démocratique

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Les Zimbabwéens aux urnes pour approuver une nouvelle Constitution

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Union européenne lève les sanctions contre le Zimbabwe mais pas contre Mugabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)