Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Jeroen Dijsselbloem, un gaffeur en série à la tête de l'Eurogroupe

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/03/2013

Jeroen Dijsselbloem n'occupe le poste de président de l'Eurogroupe que depuis trois mois, mais les sorties médiatiques intempestives du Néerlandais sur Chypre et les banques en irritent déjà plus d'un.

Sur la photo de son compte Twitter, Jeroen Dijsselbloem a l’air sérieux. Regard assuré derrière des petites lunettes d’instituteur : ce Néerlandais veut se donner une prestance digne de son emploi de président de l’Eurogroupe. Son dernier message sur le célèbre réseau de microblogging cadre d’ailleurs parfaitement avec ce que les observateurs attendent d’un homme qui a été au cœur de la négociation pour sauver Chypre de la faillite. “Chypre est un cas spécifique. Le programme [de sauvetage, NDLR] a été élaboré sur mesure et n’a pas vocation à être réutilisé [pour d’autres pays, NDLR]”, a ainsi écrit le 25 mars Jeroen Dijsselbloem.

Mais ce tweet a une histoire. C’est en fait une tentative pour rattraper une bourde faite le jour même. Il avait affirmé dans un entretien accordé au "Financial Times", le très influent quotidien économique britannique, que le plan de sauvetage de Chypre pourrait faire école pour d’autres pays de la zone euro en proie à des difficulté financières. Une remarque qui a elle seule a provoqué une chute sur les marchés financiers : les investisseurs ont craint que les banques d’autres pays soient taxées à leur tour. 

"Jeroen Dijsselbloem est bien la catatrophe annoncée"

Un dérapage médiatique qui, ajouté à d'autres déclarations intempestives sur Chypre et les banques, commence à faire désordre dans le milieu bruxellois, réputé très policé. Lors de la présentation du premier plan de sauvetage de l’île, le 16 mars, le président de l’Eurogroupe avait expliqué ne pas “avoir tranché” sur la question du sort des épargnants en Italie et en Espagne. Olli Rehn, le commissaire européen aux Affaires monétaires, avait alors dû redresser la barre pour assurer que les banques italiennes et espagnoles n’étaient pas dans le collimateur européen.

Sur Alphaville, le blog financier du "Financial Times", les sorties de Jeroen Dijsselbloem sont jugé rédhibitoires. Elles devraient lui coûter son poste de patron de l’Eurogroupe, juge ainsi Paul Murphy, le journaliste blogueur du "Financial Times". Pour Jean Quatremer, le correspondant du quotidien français "Libération" à Bruxelles très actif sur Twitter, ces erreurs de communication à répétition prouvent que “Jeroen Dijsselbloem est bien la catastrophe annoncée”.

Le candidat du compromispour Angela Merkel

Il faut dire que la nomination en janvier 2013 du ministre hollandais des Finances à la tête de l’Eurogroupe en avait surpris plus d’un. Le quotidien économique français "Les Échos" assurait, à l’époque, que Jeroen Dijsselbloem a beau être “intelligent” et “posé”, il ne “connaît rien à l’économie”.

Son CV ne ressemble en effet pas à celui du candidat idéal à la tête de l’Eurogroupe. Avant d’être bombardé ministre des Finances des Pays-Bas en novembre 2012, il occupait le poste de porte-parole du Parti travailliste néerlandais sur les questions relatives à l’éducation et l’enseignement. Mais la véritable spécialité de Jeroen Dijsselbloem est l’agriculture : il est titulaire d’un diplôme en économie agricole et a servi comme conseiller au ministre de l’Agriculture entre 1996 et 1998.

Sa principale qualité est d’être néerlandais. Au moment de choisir un remplaçant à Jean-Claude Juncker à la tête de l'Eurogroupe, l’Allemagne voulait un représentant du Benelux (Belgique, Luxembourg et Pays-Bas). Normal :  ce bloc de pays est réputé proche des vues économiques de Berlin. Comme le président sortant était Luxembourgeois et qu’un Belge, Herman Van Rompuy, occupe déjà le poste important de président du Conseil européen, un candidat néerlandais semblait tout désigné.

La chancelière Angela Merkel avait d’ailleurs présenté Jeroen Dijsselbloem comme un candidat du compromis après que les hypothèses d’une nomination du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, ou de son homologue français, Pierre Moscovici, avaient été écartées. Un compromis que la chancelière allemande commence peut-être à regretter.

Première publication : 26/03/2013

  • ZONE EURO

    Chypre : les petits épargnants épargnés... mais pas sauvés

    En savoir plus

  • CHYPRE

    Accord in extremis sur le sauvetage de Chypre

    En savoir plus

  • CHYPRE

    Le Parlement chypriote rejette la taxe controversée sur les comptes bancaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)