Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Amériques

Mariage gay : "L’opinion publique américaine est mûre pour légiférer"

© AFP

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 27/03/2013

La Cour suprême des États-Unis ouvre, ce mardi, son débat sur la délicate question du mariage homosexuel. L'occasion pour les Sages de légiférer sur le plan national alors que l'opinion publique y est de plus en plus favorable.

C’est une session historique qui s’est ouverte, ce mardi, à la Cour suprême des États-Unis. Durant deux jours, les neuf Sages qui la composent doivent débattre de la question du mariage homosexuel suite à deux recours engagés par des couples homosexuels. Dans un premier temps, ils vont étudier l'interdiction du mariage des couples de même sexe en Californie. Puis, mercredi, ils se pencheront sur la loi fédérale de défense du mariage qui empêche les époux homosexuels d'être reconnus comme tels au niveau fédéral.

Cette audience pourrait conduire les Sages à légiférer d’ici juin sur le mariage homosexuel dans tout le pays. Pour l'heure, il est autorisé dans neuf des cinquante États du pays ainsi que dans la capitale fédérale, Washington. Les juges pourraient saisir cette occasion pour suivre l’opinion publique américaine qui se montre de plus en plus favorable sur le sujet.

Un sondage conduit début mars par le Washington Post et ABC révèle que 58 % des Américains y étaient favorables. Selon une autre étude menée par le Public Religion Research Institute, 52 % des personnes interrogées se prononcent en faveur du mariage gay (42 % contre), ainsi que 57 % de Californiens. Signe que les mentalités ont évolué puisqu’en 2008, ils étaient plus de 52 % dans cet État à s'opposer au mariage entre couple du même sexe.

Évolution

Nombreuses en effet sont les personnalités à avoir changé d’avis sur la question ces derniers mois. Barack Obama le premier : après s’être prononcé contre le mariage homosexuel en 2008, le président des États-Unis a déclaré avoir changé d’avis au printemps dernier au gré des discussions avec ses filles ou avec ses amis gays. Ce mois-ci, l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton a aussi ouvertement affiché sa position. Et, last but not least, l’ancien locataire de la Maison Blanche, Bill Clinton, a récemment appelé à invalider la loi fédérale sur la défense du mariage traditionnel, qu’il avait lui-même signée en 1996.

Au sein du Parti républicain, le verrou sur la question est également en train de sauter. Le sénateur de l’Ohio, Robert Portman, a rejoint le camp des "pro" ce mois-ci depuis q’il a appris que son fils était gay. L’influent et très conservateur Karl Rove a également envisagé, lundi 25 mars, que le prochain candidat républicain à la présidence américaine soit favorable au mariage gay, même si la majeure partie de son camp y reste opposée.

De plus, plusieurs cadres du Parti républicain, dont Jon M. Huntsman Jr., ancien candidat à la présidentielle en 2012, et Meg Whitman, ancienne PDG d’eBay qui s’est lancée dans la politique, ont envoyé une circulaire à la Cour suprême pour appeler les Sages à se prononcer en faveur du mariage gay.

"Il faudra du temps pour légiférer au niveau national"

Malgré cet élan en faveur du mariage pour les couples de même sexe, les experts doutent de la capacité de la Cour suprême à légiférer au niveau national. "Certes, l’opinion publique est mûre pour légaliser le mariage homo mais il faudra encore du temps pour légiférer", estime la politologue franco-américaine Nicole Bacharan.

D’une part car la société reste tout de même divisée sur le sujet. "Certes, les opposants n’ont pas de figure de proue comme Frigide Barjot en France, relève cette dernière. Mais les leaders sont néanmoins très actifs au niveau fédéral, et notamment dans des États clés comme la Californie".

D’autre part car la Cour, à majorité conservatrice (cinq conservateurs et quatre libéraux), ne devrait pas adopter un avis aussi catégorique. "Je ne pense pas que les Sages aillent jusqu’au bout car ils ne peuvent pas exacerber la population comme ce fut le cas lors de la légalisation de l’avortement en 1973, ajoute Nicole Bacharan qui fait référence à la décision Roe vs Wade. "À l'époque, beaucoup avaient jugé leur décision trop rapide et trop tranchée pour l’opinion publique." La loi avait déclenché une guerre entre les "prochoice" et les "prolife". "Les juges ne sont pas prêts à ouvrir une autre guerre", poursuit Nicole Bacharan.

D’autant que, comme l'a déclaré le juge conservateur Kennedy qui défend les droits des homosexuels à la Cour suprême, "une démocratie ne devrait pas dépendre de neuf juges non-élus pour ses décisions majeures". Pour David Cruz, professeur de droit à l'université Southern California interrogé par l’AFP, la Cour risque d'opter pour une "décision limitée à la Californie". Sauf si les juges se posent la question sous l'angle de l'égalité des droits. "Auquel cas, ils pourront difficilement s'opposer à une loi", conclut Nicole Bacharan.

Toutefois, une surprise n’est pas à exclure, avancent les experts. "Si les juges se penchent sur la question de l'interdiction du mariage gay en Californie (ou "Proposition 8"), ils devront accepter la lecture la plus large selon laquelle la Constitution garantit à chacun la liberté d'épouser la personne de son choix", avance David Cruz.

Première publication : 26/03/2013

  • ÉTATS-UNIS

    L'administration Obama monte au créneau pour soutenir le mariage gay

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La communauté homosexuelle monte au front pour Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Premier mariage homosexuel d'un membre du Congrès américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)