Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations la France suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Affaire des faux pirates : le chef de la diplomatie italienne démissionne

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/03/2013

Le ministre italien des Affaires étrangères, Giulio Terzi, a annoncé sa démission pour protester contre la décision de Rome de renvoyer en Inde deux ressortissants italiens accusés d'avoir tué des pêcheurs indiens.

Le chef de la diplomatie italienne, Giulio Terzi, a annoncé mardi sa démission pour exprimer son désaccord avec la décision du gouvernement de renvoyer en Inde deux militaires italiens accusés d'avoir tué par erreur deux pêcheurs indiens.

"Je démissionne car cela fait 40 ans que je considère qu'il faut sauvegarder l'honorabilité du pays, des forces armées et de la diplomatie italienne", a déclaré le ministre à la Chambre des députés, se disant "solidaire des deux fusiliers marins et de leurs familles".

Le ministre s'est dit "en désaccord" avec la position adoptée par le gouvernement de renvoyer les deux soldats en Inde le 22 mars, mais avoir attendu l'audition parlementaire pour faire connaître sa position.

Le ministre de la Défense, Giampaolo Di Paola, auditionné juste après son homologue, a exclu pour sa part de quitter ses fonctions, soulignant "ne pas vouloir abandonner un navire en difficulté".

Juste après l'annonce à sensation du chef de la diplomatie, l'opposition a réclamé la présence en séance parlementaire du chef du gouvernement, Mario Monti.

Les deux militaires sont poursuivis pour avoir tué deux pêcheurs indiens, qu'ils disent avoir pris pour des pirates, alors qu'ils assuraient la sécurité d'un pétrolier italien au large des côtes du sud-ouest de l'Inde le 15 février 2012.

Leur retour en Inde était intervenu vendredi après une volte-face de dernière minute de l'Italie, jusque là opposée à la tenue d'un procès de ses soldats dans ce pays. La décision de les y renvoyer avait été prise après que le gouvernement italien eut reçu des assurances qu'ils n'encouraient pas la peine capitale.

Massimiliano Latorre et Salvatore Girone avaient été autorisés par la justice indienne à retourner en Italie pour voter aux élections de fin février, avec la promesse de revenir en Inde d'ici au 22 mars. L'ambassadeur d'Italie en Inde, Daniele Mancini, s'était porté garant de leur retour.

Mais le 11 mars, l'Italie annonçait qu'ils ne reviendraient pas, compte tenu de "la controverse internationale entre les deux Etats".

L'Italie estime que l'affaire ne relève pas de la justice indienne, les faits s'étant produits, selon Rome, dans les eaux internationales.

Cette position a provoqué la colère des autorités indiennes, qui avaient décidé d'empêcher l'ambassadeur d'Italie de quitter l'Inde, générant une vive tension entre les deux capitales.

AFP

Première publication : 26/03/2013

  • ITALIE - INDE

    Affaire des faux pirates : les deux soldats italiens de retour à New Delhi

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Affaire des faux pirates : la Cour suprême indienne refuse l'immunité de l'ambassadeur italien

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Affaire des faux pirates : rien ne va plus entre Rome et New Delhi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)