Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

EUROPE

Le dissident russe Boris Berezovski serait mort par pendaison

© AFP | Boris Berezovski

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/03/2013

Selon l'autopsie, Boris Berezovski est probablement mort par pendaison. Exilé au Royaume-Uni depuis 2000, le milliardaire et dissident russe a été retrouvé mort le week-end dernier à son domicile du Surrey, au sud-est de Londres.

Boris Berezovski pourrait être mort par pendaison. C’est ce que révèle l'autopsie effectuée sur le corps du dissident russe retrouvé mort dans le sud de l'Angleterre. "Les résultats de l'autopsie, réalisée par un médecin légiste du ministère de l'Intérieur, ont révélé que les causes de la mort étaient compatibles avec une pendaison. Le praticien n'a pas trouvé de traces de lutte violente" avant le décès, indique le communiqué de la police. D'autres examens, notamment toxicologiques, doivent encore être menés, mais les résultats ne seront pas connus avant plusieurs semaines, a précisé la police.

Exilé en Grande-Bretagne depuis 2000, et opposant de longue date à Vladimir Poutine, Boris Berezovski, qui fut l'un des hommes d'affaires les plus influents au Kremlin, a été retrouvé sans vie samedi dans la salle de bains fermée à clé de sa demeure d’Ascot, une ville cossue située à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Londres.

L'oligarque, âgé de 67 ans, avait construit sa fortune sur le rachat d'entreprises pétrolières et métallurgiques, profitant de la corruption qui gangrenait l'économie soviétique après l'effondrement de l'URSS, il y a une vingtaine d'années. Surnommé "le parrain du Kremlin", il s'était imposé comme l'un des artisans de la réélection de Boris Eltsine en 1996 avant d'aider Vladimir Poutine à intégrer le cercle des proches du président russe. La brouille avec l'ancien officier du KGB avait été consommée une fois ce dernier arrivé à la tête de l'Etat en 2000 et Boris Berezovski avait choisi de s'exiler en Grande-Bretagne.

"Il avait beaucoup d'ennemis"

Certains proches du milliardaire ont mis en avant son état dépressif, mais la thèse d'un suicide a été écartée par d'autres amis du défunt. Sa veuve Marina Litvinenko, citée lundi par la presse britannique, a jugé "de son point de vue peu probable" que Boris Berezovski se soit suicidé. "Il avait beaucoup d'ennemis", a-t-elle assuré. Les médias britanniques ont d’ailleurs rappelé que Berezovski avait été la cible d'au moins deux tentatives d'assassinat, l'une, perpétrée en Russie, ayant décapité son chauffeur. Le second projet d'élimination lui avait été signalé en 2007 par les services secrets britanniques.

Le milliardaire était l'une des figures à Londres d'un groupe d'exilés militant contre le président russe, auquel avait appartenu Alexandre Litvinenko. Ce dernier, un ancien espion russe, avait été empoisonné au polonium en 2006, une affaire qui avait provoqué une vive tension dans les relations entre Londres et Moscou.

De son côté, le Kremlin et les médias russes pro-gouvernementaux se sont attachés à peindre Berezovski sous les traits d'un homme abattu qui souhaitait rentrer dans son pays et avait fait une demande en ce sens à Vladimir Poutine. Cette version a été démentie par les amis de l'homme d'affaires à Londres.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 26/03/2013

  • ROYAUME-UNI

    Le magnat russe Boris Berezovski retrouvé mort à son domicile près de Londres

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Attaque à l’acide contre le directeur du Bolchoï : un danseur passe aux aveux

    En savoir plus

  • RUSSIE

    L'affaire Magnitski ou l'origine d'une vaste brouille entre Moscou et Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)