Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Economie

Craignant un "bank run", Chypre cherche à contrôler les flux de capitaux

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2013

Les autorités chypriotes ont décidé, mercredi, d'une série de mesures qui visent à empêcher une éventuelle fuite des capitaux après la réouverture des banques de l'île, prévue pour jeudi à la mi-journée.

Les particuliers ne vont pas avoir le droit de virer plus de 5 000 euros par mois depuis un compte dans une banque chypriote, tandis que les touristes ne sont plus autorisés à quitter l'île avec plus de 3 000 euros en liquide.

Telles sont les principales mesures que la Banque centrale chypriote a imposé par un décret valide sept jours, rapporte les médias locaux. Aucune confirmation officielle de ces restrictions n'a été apportée.

Cette tentative de limiter la circulation d'argent vise à empêcher une éventuelle fuite massive des capitaux qui pourrait intervenir après la réouverture des banques, annoncée pour jeudi 28 mars à midi heure locale (10h GMT). Les autorités chypriotes craignent, en effet, que le plan de sauvetage internationale décidé dans la nuit de dimanche à lundi pour éviter à l'île de faire faillite n'incitent les épargnants à retirer leurs économies des banques locales pour les placer à l'étranger.

Cet accord prévoit en effet de réduire fortement le secteur bancaire chypriote jugé trop important et fragile. Une fuite de capitaux risquerait de destabiliser encore davantage l'économie de l'île.

Exceptions pour les transactions commerciales

Les montants des transactions commerciales ne seront, en revanche, pas limités, à condition que les entreprises puissent prouver qu'ils correspondent à leur activité ordinaire. Il ne sera cependant pas nécessaire de fournir de documents en ce sens pour les transactions inférieures à 500 euros.

Les entreprises pourront également payer leurs salariés à l'étranger et les compagnies d'assurance verser des dédommagements sans restriction. Et les résidents chypriotes seront autorisés à subvenir aux frais de leurs enfants étudiants à l'étranger à hauteur de 10 000 euros tous les trois mois.

Ces restrictions s'appliqueront à tous les comptes, paiements et virements en toutes monnaies, à l'exception des missions diplomatiques.

Avec dépêches

Première publication : 27/03/2013

  • CHYPRE

    Les banques chypriotes resteront fermées jusqu'à jeudi

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Chypre : les petits épargnants épargnés... mais pas sauvés

    En savoir plus

  • CHYPRE

    Accord in extremis sur le sauvetage de Chypre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)